Georgianna Lizotte-Ouellet

Voyez le circuit La Voie des pionniers via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Georgianna Lizotte-Ouellet

Naissance : 1874  
Décès : 1950


Mme. Ouellet

Née sur les bords du St-Laurent près de La Pocatière, Georgianna, qui avait épousé Barthélémy Ouellet en 1891 à Saint-Onésime de Dixworth, s'est retrouvée à Malvina en 1909 avec son mari et les huit premiers de leurs seize enfants.


Georgianna la sage-femme

Déjà bien au fait des difficultés d'accoucher à la campagne et sensible à la situation des femmes qui ne bénéficiaient pas toujours des services d'un médecin, Georgianna Ouellet a exercé le métier de sage-femme pendant quarante ans.


Une femme croyante

Georgianna était catholique pratiquante et faisait partie du mouvements religieux. Voici l’Église de Saint-Malo en 1905. Construite en 1883, agrandie en 1905, elle est incendiée en 1920. Les pertes s’élèvent à 100 000$. Sa reconstruction débute en 1925 et se termine en 1927.


Une femme habile et besogneuse

Comme la majorité des femmes de son époque à la campagne, madame Ouellet faisait son pain, filait sa laine, fabriquait le savon du pays, travaillait au métier, tricotait et trouvait le temps de cueillir bleuets et framboises et de vendre le surplus.


Docteur Deslongchamps

La plupart du temps, Mme Ouellet assistait le médecin Deslongchamps lors des accouchements. On le retrouve sur la photo (debout à l’arrière) en compagnie de quelques-uns de ses patients. Il a pratiqué la médecine durant 28 ans à Saint-Malo. Ses tarifs : 2 $ pour une visite et 5 $ pour un accouchement.


Beurrerie en 1941

L’été, quand les hommes étaient aux foins, c’est madame Ouellet qui attelait les chevaux et livrait la crème à la beurrerie de St-Malo (ouverte vers 1913). Il fallait livrer la
crème au moins 2 fois par semaine étant donné qu’il n’y avait pas de réfrigération.
Ce bâtiment est encore présent à St-Malo sur la rue qui mène à la stèle de madame
Ouellet.


Georgianna Lizotte-Ouellet

Georgianna Lizotte-Ouellet naît en 1874 dans le secteur de La Pocatière et elle décède en 1942 à Saint-Malo. Elle se marie en 1891 avec Barthélémy Ouellet à Saint-Onésisme de Dixworth. Par la suite, ils s’installent à Saint-Pacôme et ils ont 21 enfants dont, cinq décédés en bas âge. Ils décident de s’installer à Saint-Malo après que les frères de Barthélémy y soient allés. Leur ferme familiale se trouvait sur le chemin de Malvina.

Comme toute femme de l’époque, en plus de s’occuper de ses enfants et de la maison, madame Ouellet fait son pain, file sa laine, travaille au métier, tricote et fait aussi la cueillette des bleuets et des framboises. Elle vend même les surplus. En 1934, Barthélémy Ouellet décède et laisse Georgianna avec 8 enfants encore à sa charge. C’est avec beaucoup de courage et un sens de l’organisation peu commun que cette pionnière relève le défi.

Saint-Malo se souvient cependant de madame Ouellet pour son rôle de sage-femme. C’est sûr qu’avec ses 21 enfants elle est bien au fait de cette réalité. Elle assiste souvent le médecin lors des accouchements, mais elle se retrouve aussi, à l’occasion, à être la seule présence expérimentée auprès des mamans. Chaque femme avait une grande confiance en elle. Cette présence auprès de nombreuses familles en font aussi la personne qu’on ira chercher quand quelqu’un est malade. C’est également à Georgianna que l’entrepreneur de pompes funèbres demande de l’aide pour la préparation des défunts.

En résumé, Georgianna Lizotte-Ouellet fut une personne aimable, débrouillarde, aidante et à l’écoute des autres, mais surtout, une confidente.

Source : Anne Dansereau