Maison des Michaud

Voyez le circuit La petite randonnée via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

La Maison ancestrale des Michaud

Maison ancestrale des Michaud.

Cette ancienne maison de ferme, d’allure plus modeste à l’origine, a d’abord appartenu à Antoine Paradis, qui l’offrit en dot à sa fille Léocarde lors de son mariage avec Rémy Michaud, en 1828. C’est d’ailleurs à cette époque qu’elle fut déménagée et installée à son emplacement actuel.  Avec la naissance de leurs 16 enfants, les Michaud furent forcés d’agrandir leur résidence.  Quand les touristes commencèrent à affluer dans la région, en période estivale, la famille prit l’habitude de s’installer dans la petite maison dès le printemps, pour libérer la demeure familiale et la louer aux citadins avides d’air pur.  C’est ainsi qu’à partir de 1898, Georges Vanier, futur gouverneur général du Canada (1959-1967), passa quelques étés dans la maison des Michaud.

En 1905, Ulric Michaud hérita de la ferme familiale. Au moment de se lancer en politique, il fit ériger la petite tourelle victorienne au balcon de laquelle on le vit prononcer ses discours, sous le drapeau fièrement déployé au mât de la tourelle.  Cinq générations de Michaud se sont succédé ici, sur une période de 150 ans.

Source photo:
Coll. Jacques Michaud ptre


Le magasin Art paysan chez Carmen, vers 1955

Devant le magasin «Art paysan chez Carmen», le père Jean-Louis Michaud, accompagné d’une voisine, vers 1955.

La bâtisse abrita, au rez-de-chaussée, le «Restaurant de Touristes» de la famille Michaud au cours des années 1930-1940 et, à l’étage, une salle communautaire de 1929 à 1933.  Les gens de Cacouna assistèrent à plusieurs représentations théâtrales avant que ne soit inaugurée la salle paroissiale et municipale tout près de l’église.

Source photo:
Coll. Richard Michaud


Cacouna House, maison-hôtel construite en 1861

Cacouna House, maison-hôtel d’Adolphe Sirois, construite en 1861.

Les familles d’estivants se donnaient rendez-vous à Cacouna pour l’été. Accompagnées de leurs serviteurs, elles s’y retrouvaient avec leur parenté et leurs amis pour y passer une partie des vacances. Les grandes maisons étaient recherchées pour loger tous ces gens.

Source photo:
Coll. Yves Lebel
 


Champ de la ferme Michaud au début du 20e siècle

Le champ de la ferme Michaud au début du 20e siècle.

Les clients du Cacouna House empruntaient le sentier qui traversait la propriété des Michaud pour se rendre au fleuve. Le jeune Émile Nelligan, à compter de 1886, figurait parmi ceux-ci : « Là où Nelligan se sentait vraiment à l’aise et libre comme l’air, c’était à la ferme de Thomas Michaud dont le fils Ulric, de trois ans son aîné, servait souvent de guide au jeune citadin lorsqu’ils parcouraient les champs et les prairies. Située au cœur du village, cette ferme a vu plusieurs immeubles s’élever sur son terrain, notamment la Cacouna House et la Mansion House. » (Tiré de : Au pays du porc-épic, Paul Wyczynski, Nelligan à Cacouna, Éditions EPIK, page 26)

Source photo:
Coll. Richard Michaud