Magasin général L. P. Sirois

Voyez le circuit La petite randonnée via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Le magasin d'Émile Rioux, en avant-plan

En avant-plan, le magasin d’Émile Rioux. En 1917, le marchand Louis-Philippe Sirois en devint propriétaire et le céda, en 1948, à son fils Marcel.

En 1917, Louis-Philippe Sirois n’a pas hésité à acquérir le commerce du négociant Émile Rioux.  Ayant été lui-même commis-marchand à proximité de là, au magasin général de son cousin Antonio Sirois, il connaissait bien la vente.  Les familles de Cacouna venaient quérir au magasin général de Louis-Philippe Sirois des denrées sèches, rangées dans les tiroirs, et bien d’autres produits d’épicerie sur les étagères.  Au fond, se trouvait une boucherie où la clientèle commandait des viandes variées grâce à l’aménagement, vers la fin des années 1940, d’une chambre froide près du backstore.  Marcel Sirois parcourait les campagnes de la région pour acheter les animaux des agriculteurs.  Les bœufs, qui arrivaient de l’Ouest canadien par le train, étaient déchargés à la gare de Cacouna.

Source photo:
Carte postale, E. Rivard, Édit., Cacouna, P.Q., coll. Richard Michaud


L'entreprise de pompes funèbres de L.P. Sirois

Commerçants très polyvalents, Louis-Philippe Sirois et son fils Marcel avaient aussi une entreprise de pompes funèbres.

Dans les années 1930, son fils Marcel l’aidant davantage dans l’entreprise familiale, Louis-Philippe Sirois s’institua alors entrepreneur de pompes funèbres.  C’est en 1948 que Marcel reprit en main le commerce L.P. Sirois et Fils enrg., spécialisé dans la vente de produits d’épicerie, ainsi que de l’entreprise de pompes funèbres.

Source photo:
Coll. Yvon Desjardins


Une couturière de la «shop» de Marcel Sirois

Une couturière de la «shop» de Marcel Sirois.

Marcel Sirois s’intéressait, depuis quelques années, à la fabrication de sacs d’école et avait aménagé un atelier de travail dans l’entrepôt du magasin. Au début des années 1950, dans sa shop de cuir, Marcel Sirois inc., il employait près d’une quinzaine de personnes de Cacouna.

Source photo:
Coll. Lucienne Roy