Edificio Telefónica

Voyez le circuit Madrid insolite via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Le premier gratte-ciel

Cet immeuble est le premier gratte-ciel construit en Espagne et le plus haut d'Europe au moment de sa construction - achevée en 1929 - avec ses 89 m de hauteur et ses 14 étages.

Sa silhouette asymétrique et son horloge éclairée au néon de couleur lui donnent un aspect singulier et font de lui un repère dans la très fréquentée Gran Via, qui est l'une des principales artères de la ville.

Actuellement, il abrite l'entreprise Telefónica, le magasin Telefonica Flagship Store9, un Musée des Télécommunications et un auditorium.

Le symbole du progrès

Au début des années 30, cet immeuble symbolisait l'ouverture de l'Espagne vers le progrès et le monde de la communication, car il était le siège de la compagnie nationale de télécommunications.

Il fut construit entre 1925 et 1928 par l'architecte Ignacio Cardenas, d'après un projet de l'américain Lewis S. Weeks, concepteur de l'immeuble de télécommunications ITT à New York.

En octobre 1928, avant la fin des travaux, le roi Alphonse XIII inaugura l'ouverture de la ligne téléphonique Madrid-Washington, en appelant le président Calvin Coolidge. Il fit de même un mois plus tard avec le général Gerardo Machado, de Cuba.

Son inauguration officielle eut lieu en 1930.
 


Observatoire militaire

Pendant la guerre civile, il fut utilisé comme observatoire militaire et siège des télécommunications de l’armée républicaine, raison pour laquelle il fut souvent pris pour cible. Une partie de son sous-sol servit de refuge antiaérien.

Il fut également le siège de l'Office de la Presse Étrangère: Ernest Hemingway, John Dos Passos et de nombreux correspondants de guerre étrangers s’y installèrent pour envoyer leurs comptes-rendus.

Un important incendie dans le sous-sol de cet immeuble détruisit en 1970 une grande partie des archives qui y étaient stockées.

En 1983, le cinéaste Woody Allen montra le bâtiment dans une scène de son film "Zelig".

Comme dans beaucoup d'immeubles emblématiques, des rumeurs donnent à cet édifice un air mystérieux: Goyito, le fantôme d'un homme d'un certain âge, paré d'un monocle et d'une canne, habiterait au neuvième étage...