Banque Toronto Dominion

Voyez le circuit Tour autoguidé du Vieux Yellowknife via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Banque Toronto Dominion

Cette cabane rustique  a, de 1944 à 1951, abrité une succursale de la banque Toronto Dominion. Elle fut construite par John Stakson en 1939 sur la rue principale du vieux Yellowknife, près de The Rock, alors l’artère commerciale principale de la ville. La photo date de 1950.

Source photo: NWT Archives/Henry Busse/N-1979-052-4349. 


Banque Toronto Dominion

La banque Toronto Dominion desservait les mineurs venus encaisser leur chèque de paie et les commerçants des environs.

En 1942, le salaire d’un mineur était de 60 sous de l’heure, doit $4.80 pour huit heures de travail par jour. De cette somme, Il devait déduire $1.20 par jour, pour ses frais de logement et de repas.

La banque Toronto Dominion dut fermer ses portes en 1951 faute de générer suffisamment de profits. A regret, car la succursale était l’une des plus sécuritaires du Canada : les éventuels voleurs avaient très peu de chances de s’échapper de Yellowknife sans se faire reprendre !

Ça n’a quand même pas empêché Tony Gregson, alias Tony Johnson, en 1954, de tenter sa chance et de commettre un vol spectaculaire, non pas à la banque mais auprès de son employeur, la  mine Discovery.  Gregson a tout fait pour être congédié juste à temps pour pouvoir voyager dans le même avion qui transportait  deux briques de l’or produite par la compagnie. L’homme avait projeté son méfait depuis des mois et avait fait fabriquer à Edmonton des sacs de toiles semblables à ceux de la compagnie, ainsi que  deux briques de plomb. Profitant de l’inattention du pilote et croyant réussir là où tous ses prédécesseurs avaient échoué, Gregson a remplacé les briques de plomb par deux briques d’or pur et s’est volatilisé à son arrivée à destination.

Gregson est donc disparu dans la nature avec 60 kilos d’or, ce qui  valait $54 000 à l’époque. Une fortune ! Le vol ne fut découvert que bien plus tard, à l’ouverture du sac contenant à l’origine les deux briques d’or.

Le voleur fut retrouvé  trois ans après et condamné à passer trente mois en prison. Gregson affirma à la cour qu’il avait peu à peu prélevé des copeaux d’or des briques volées avec une scie à métaux  pour les échanger contre de repas et des chambres d’hôtels ou des billets d’avion, bref pour mener la grande vie!

D’ailleurs, parlant d’or : en 1965, la mine Giant, à l’époque la plus grande compagnie productrice d’or du Canada, extrayait 1,000 tonnes de minerai chaque jour. Les  briques d’or pur à 99.9 % pesaient autour de trente kilos chacune.

Les briques d’or pesées chaque jour étaient enveloppées dans de la toile, placées entre  deux bandes de métal et déposées dans un coffre-fort, dans une voute sécurisée.
Chaque mois, un commis disposait une planche de bois sur le siège arrière de la Chevrolet Chevelle de la Compagnie et y chargeait environ quinze briques d’or.

Il se dirigeait ensuite vers le bureau de poste du centre-ville avec à bord environ 450 kilos d’or pur qu’il expédiait à la Monnaie Royale canadienne à Ottawa. Cinq kilomètres effectués par le commis, sans escorte policière et sans armes, sans connaître aucun tracas.

La cabane a été déménagée ici, sur Otto Drive, en 1964 par Sam Otto, un des premiers pionniers de Yellowknife. Sam Otto est arrivé à Yellowknife en 1932. Il était trappeur et prospecteur. Il est cependant débuté sa carrière au Nord des Territoires du Nord-Ouest, près du Grand Lac de l’Ours où il se consacrait à la recherche d’argent et d’uranium. Sam Otto est décédé en 1974.