Les maisons georgiennes

Voyez le circuit Circuit du patrimoine bâti de Saint-Armand via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Les maisons georgiennes


Maisons georgiennes

Voici deux autres exemples du style georgien, toutes deux bâties en 1842, au moment où ce genre architectural achève ses beaux jours. Si on excepte le portique du numéro 137 et les toitures tôlées, ces deux demeures ont conservé, du moins à l’extérieur, leur aspect d’origine. Elles sont très parentes architecturalement du numéro 123 de la même rue.

L’histoire du 137, rue Montgomery est intimement liée à celle de la famille Crothers, du moins pour les 50 premières années de cette maison. La maison fut édifiée en 1842. Thomas Crothers et sa femme Mary Stewart la possèdent pendant des décennies et il est très probable que c’est là que sont nés leurs enfants dont William John, en 1846, futur ministre méthodiste en Ontario. C’est le pasteur congrégationaliste Joel Fisk qui baptisa le petit William.

Thomas est diversement décrit dans les documents juridiques comme tailleur ou « mechanic », ce dernier terme désignant un artisan spécialisé tel un sellier ou un spécialiste de la fabrication et de la réparation du matériel agricole. Les sources spécifient qu’il est d’origine irlandaise. Thomas et sa femme Mary appartenaient à la religion congrégationaliste qui fusionna en 1925 avec les Églises méthodiste et presbytérienne pour devenir l’Église Unie du Canada.

Après la mort de Mary, le 18 février 1895, la maison passa à son fils William, ministre méthodiste à Napanee en Ontario. Il fit un beau geste et au lieu de la vendre à profit, il la céda en octobre 1897 par un don entre vifs à sa sœur Mary, célibataire.


137, rue Montgomery

137, rue Montgomery