Mirador de la conceptión

Voyez le circuit Circuit méditerranéen de Mahón via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Mirador du couvent de la Conception

Le chemin qui conduit au Mirador dit « des nonnes » passe devant le couvent de la Conception (construit entre 1623 et 1785), la seconde communauté religieuse à s’installer dans la ville, après celle des franciscains. A proximité du couvent, une ruelle nous mène à l’un des miradors les plus spectaculaires de la ville, offrant une vue d’ensemble sur le magnifique port de Mahón. Ce Mirador surprend par son étroitesse.

L'enclave naturelle du port de Mahón fait 5 km, ce qui en fait le second plus grand port naturel au monde. Sa situation stratégique en Méditerranée lui a également permis de jouer un rôle historique dans le développement commercial de l'île de Minorque et des pays avoisinants. De nos jours, le port contribue largement au développement touristique de la ville. 


Mirador du couvent de la Conception

L'importance du port de Mahón sur le plan militaire est incontestable. Ici ont eu lieu les principaux assauts de l'histoire de l’île. Le destin du port est étroitement lié à celui de Mahón. Sur le plan historique, Mahón est une ville fortifiée, servant de château fort pour défendre le port.

Carthaginois et Romains ont successivement occupé l’île, tandis que Turcs et Algériens se sont battus pour la conquérir. D’après certains historiens, le nom de Mahon viendrait du général carthaginois Magon, frère d’Hannibal, qui s’est réfugié avec ses troupes dans le port, après sa défaite contre les légions romaines de Scipion en péninsule ibérique, au IIe siècle avant J.-C.

Au Xe siècle, Minorque est conquise par les musulmans et passe sous la domination du Califat de Cordoue. L’île est libérée en 1287 par Alfonso III, roi d’Aragon et de Catalogne, qui la reconvertit au christianisme et l’annexa au Royaume d’Aragon.


Mirador du couvent de la Conception

L’un des épisodes les plus marquants de l’histoire du port et de la ville de Mahón s’est déroulé en 1535, sous la monarchie espagnole de Charles V, avec pour protagoniste le célèbre corsaire Barberousse.

En réponse aux attaques de la marine espagnole sur la ville d’Alger, Barberousse, à la tête de 2500 hommes, assiège la ville et, à force de ruse et de fausses promesses, obtient les clés de la ville des mains de ses dirigeants. Il saccage Mahon et s’enfuit avec son butin, emmenant avec lui 800 hommes et femmes jeunes, destinés à être vendus sur les marchés d’esclaves. Suite à cette attaque d’une grande cruauté,  on prit la décision de renforcer les défenses de la ville grâce à la forteresse de San Felipe et la reconstruction de la muraille.

A partir du XVIe siècle, Espagnols, Anglais et Français se succédèrent à la tête de l’île, et continuèrent à défendre le port de Mahon, jusqu’à le convertir en une importante base navale, laquelle a été cédée au cours du XIXe siècle à plusieurs flottes étrangères.