Un lien avec le Sud

Voyez le circuit Chibougamau, naissance d'une ville au 49e parallèle via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Un enjeu majeur

La question des transports a toujours été au coeur du développement de Chibougamau. Des centaines d'hommes ont sué sang et eau pour construire les routes et le chemin de fer qui reliaient le Sud et la nouvelle ville minière. D'autres ont risqué leur vie comme pilotes du Nord à une époque où les infrastructures étaient plus que rudimentaires.

Référence complète pour la photo: Vue aérienne de la ville de Chibougamau en 1954, avec les maisons de la compagnie Campbell Mines à l'avant plan. P5 Fonds SHRC. 


Un trajet éprouvant

Le 15 août 1971, environ 2000 personnes se sont déplacés dans le parc de Chibougamau pour manifester. Ils auront finalement gain de cause, puisqu'une entente prévoyant réfection complète de la route sera conclue. 

1937: première route d'hiver entre le Lac-Saint-Jean et Chibougamau
1945-1949: construction de la première route permanente

«On passait par Hébertville, Roberval, Saint-Félicien et après ça le parc de Chibougamau… On montait, puis tout d’un coup, ça brassait assez que j’ai dit à Clément : es-tu certain toi que c’est sur le bon chemin? C’était affreux, quand on baissait nos vitres pour ne pas avoir trop chaud et qu’on croisait une autre voiture, on se dépêchait à monter nos fenêtres. Puis en arrivant ici, on avait les cheveux pleins de terre puis le visage aussi.»
– Monique Adams-Nadeau
De ressources et de vaillance, Mémoire de la génération pionnière du Nord-du-Québec

Référence complète pour la photo: Scène du blocus de 1971. P33 Fonds Godefroy de Billy

 


JAMES NAPIER «SCOTTY STEVENSON»

«Scotty » Stevenson (1912-1974) est le pilote du Nord le plus connu de l’histoire de Chibougamau. Né en Écosse, il arrive au Québec en 1927. Il a d’abord été pilote pour la Compagnie de la Baie d’Hudson, puis pilote de chasse lors de la Seconde Guerre mondiale.

Après la guerre, il entame sa carrière de pilote indépendant et de commerçant dans le Nord du Québec. Il échange des fourrures avec les trappeurs autochtones et il participe au développement minier, transportant prospecteurs, géologues et promoteurs miniers avec leur matériel.

Scotty Stevenson est passé à la légende pour ses atterrissages sur la 3e Rue, au début des années 1950. Certaines revues prestigieuses publièrent des articles à son sujet, dont le Time Magazine.

En 1950, Scotty Stevenson ouvre le premier magasin général de Chibougamau, le minuscule Eastern Trader. Il fondra plus tard l'hôtel Waconichi Inn. Vous trouverez plus d'information à ce sujet au point d'intérêt numéro 8.

Référence complète pour la photo: photo de groupe devant l'avion Fox Moth CF-EXW de Scotty Stevenson, en 1950. De gauche à droite: Lorenzo Blondeau, Eileen Stevenson, Scotty Stevenson, André Tison, Gisèle Cire, Amy Lee et personne non identifiée.
P24 Fonds Frederick Nelson Bidgood.


Scotty Stevenson et son avion


Chick Bidgood

Chick Bidgood débarque à Chibougamau avec sa famille à l’âge de quatre ans. Son grand-père a prospecté au Yukon et dans le nord de l’Ontario dans les années 1930. Son père Nelson, venu à Chibougamau pour diriger une équipe de foreurs miniers, supervisera quelques années plus tard 15 compagnies minières appartenant à Randy Mills.

Témoin privilégié de l’épopée minière de Chibougamau, Chick Bidgood a côtoyé Larry Wilson, Joe «Chibougamau» et Scotty Stevenson, avec qui il a appris à piloter. Il a contribué à faire connaître l’histoire de la région de Chibougamau lors de ses visites guidées.

Pendant des années, M. Bidgood a amassé un grand nombre de documents et photographies qu’il recueillait auprès des pionniers. La collection Bidgood constitue un des joyaux de la Société d’histoire régionale de Chibougamau.

La première piste d’atterrissage et le premier aéroport de Chibougamau, construits au début des années 1950, portaient le nom de Nelson Bidgood, père de Chick Bidgood.