Soif d'aventure et de liberté

Voyez le circuit Chibougamau, naissance d'une ville au 49e parallèle via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

L’attrait du Nord

En 1950, Chibougamau est encore un camp minier. Une majorité d’hommes habitent au centre ou dans des bunkhouses à proximité des projets miniers. Le soir, tout le monde se retrouve à l’hôtel pour boire et régler ses comptes. D’autres prennent le bois, attirés par les grands espaces et la possibilité de faire fortune.


Les débuts de l'Hôtel Obalski

Les trois premiers établissements de Chibougamau sont le bureau du ministère des Mines, le minuscule magasin général de Scotty Stevenson et l’Hôtel Obalski qui opère aujourd'hui sous le nom de Bar Le Gwillim. Construit en 1950, celui-ci comporte «12 chambres sur deux étages, de nombreux ivrognes et aucun permis d’alcool». La bière est servie dans des caisses déposées sous les tables. L’hôtel accueille aussi des «voyageuses» de Montréal, ce qui vaut à son propriétaire, Joachim «John» Bordeleau, des menaces de châtiment divin de la part du curé.

Référence complète pour la photo: Publicité pour l'Hôtel Obalski
Citation tirée du livre Chibougamau dernière liberté, auteur : Hubert Mansion


Joseph Obalski

Français d’origine polonaise, Joseph Obalski arrive au Québec comme ingénieur des Mines. Ayant eu vent de filons prometteurs près du lac Chibougamau, il part en expédition en 1904. À cette époque, le voyage s’effectue par voie d’eau, un parcours difficile comportant une cinquantaine de portages. M. Obalski découvre de l’or et, de retour à Québec, il s’empresse de publier ses découvertes. La fièvre de l’or allait bientôt s’emparer de la région.


Joe Chibougamau

Originaire de Sault-Sainte-Marie, Joe Manzoti, alias Joe «Mann» Chibougamau, est un colosse aux larges épaules qui incarne parfaitement le mode de vie de l’époque des pionniers. La légende fait de lui un prospecteur hors pair, un coureur des bois et un aventurier bagarreur à ses heures. Son surnom lui est resté jusqu’à sa mort, en 1975.