Ça swignait dans les hôtels

Voyez le circuit Chibougamau, naissance d'une ville au 49e parallèle via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Une ville ouverte

Dans les années 1950, Chibougamau est une ville minière prospère, avec une population jeune et active qui a envie de s’amuser. L’esprit pionnier rapproche les gens et on se fait facilement des amis. Toutes les occasions sont bonnes pour sortir, fêter, danser, organiser une partie de chasse ou de pêche, jouer dans la neige et célébrer la nordicité.

Référence complète pour la photo: L’Hôtel Waconichi lors de sa construction en 1953 et l'Hôtel Chibougamau Inn à l'arrière plan.  P24 Fonds Frédérick Nelson Bidgood. 


La belle époque

«Le plus beau moment de ma vie, ce sont ces années-là. Tu rencontrais n’importe qui, qu’il soit gérant de mine, docteur ou simple mineur et on était des frères… Mois je trouve que ce sont les plus belles années. Puis nous autres, on était une méchante gang. On était au moins 13 amis là puis c’était rendu qu’on fêtait Noël à partir du 8 décembre jusqu’à Pâques.»
– Alfreda Beaudouin
De ressources et de vaillance, Mémoire de la génération pionnière du Nord-du-Québec


«Moi, je jouais du piano. Puis on allait dans les hôtels et on faisait danser le monde. On aimait ça. Nous autres, on jouait du jazz puis du populaire. On faisait danser… À Chibougamau, il y avait quasiment plus de monde dehors la nuit que le jour. Ça swignait dans les hôtels. Il y avait cinq hôtels. Puis, en sortant de l’hôtel, ça s’en allait dans les restaurants. La vie nocturne était très active.»
– Monique Adams-Nadeau
De ressources et de vaillance, Mémoire de la génération pionnière du Nord-du-Québec


«Les gens sortaient beaucoup. Ce qu’il y avait de beau, que j’aimais de Chibougamau, c’est qu’il y avait de toutes les nationalités. Il y avait des Italiens, il y avait des Allemands, il y avait des Polonais, il y avait des Finlandais. (…) Ça travaillait tous dans les mines puis il y avait de la vie. C’était très actif puis les gens dépensaient beaucoup. »
– Monique Adams-Nadeau
De ressources et de vaillance, Mémoire de la génération pionnière du Nord-du-Québec

Référence complète pour la photo: Orchestre au sous-sol de l'Hôtel Waconichi en 1958. Laval Drolet à la batterie, Huguette Legendre au piano, Patrick Bellefleur au saxophone et Léopold Simard à la guitare. P112 Fonds Léopold Simard. 


Le "night life" de Chibougamau


Festival Folifrets Baie-James

Le Rallye international d’autoneige de Chibougamau a connu sa première édition en 1967. Devenu le Festival Folifrets Chibougamau Baie-James en 2009, il attire toujours une foule enthousiaste, avec ses compétitions de motoneige, dont un cross country d’environ 250 kilomètres autour du lac Chibougamau dont un crosscountry et une randonnée de motoneiges antiques et ses festivités extérieures. Avec les années, le parcours s'est allongé et couvre maintenant 345 km et passe par les communautés autochtones avoisinantes. L’édition 2014 a attiré près de 17 000 participants et visiteurs.

Référence complète pour la photo: Logo du Rallye internationale d'autoneige de Chibougamau en 1968. P42 Fonds Rallye internationale d'autoneige de Chibougamau.