La voie ferrée

Voyez le circuit Circuit patrimonial sur les traces Ilnu via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Chemin de fer


La voie ferrée

La voie ferrée aura un impact majeur sur le paysage dans la communauté. déjà séparée en deux par la route, elle le sera en trois par la voie ferrée. Le train le Tortillard, passant à Pointe-Bleue en 1919.


Chemin de fer

La voie ferrée longe la communauté dans son entier.

La voie ferrée


LE CHEMIN DE FER (ishkuteutapan meshkanau)

En 1911, le gouvernement (Tshishe Utshimau) s'approprie un droit d'expropriation par un amendement à la Loi sur les Indiens. La même année, il applique cette disposition à Pointe-Bleue et cède à la compagnie James Bay & Eastern Railway le terrain nécessaire au passage du chemin de fer (ishkuteutapan meshkanau) qui doit rejoindre Roberval (Uashahtsh) à Saint-Félicien (Pishtu).

« Oui, c'est le train que l'on prenait pour aller à Roberval, on ne prenait plus le cheval (kapilekashkueu), 0.25 $ pour aller à Roberval  et à Saint-Félicien...c'était pas cher...» (ainé de Mashteuiatsh)

La voie ferrée (Ishkuteutapan meshkanau) aura un impact majeur sur le paysage. Déjà séparé en deux (nish) par la route (meshkanau), les lots du rang A sont maintenant divisés en trois (nisht) sections. Deux étables (Nish uishautikutshuapa), une maison, la chapelle (aiamiheutshuapiss) et la poudrière de la Compagnie de la Baie d'Hudson ont dû être démolies ou déplacées pour permettre le passage du train (ishkuteutapan). Seules l'école (katshishkutamatsheutshuap) et l'agence des Indiens sont soustraites du lot du chemin de fer.

Le gouvernement perçoit le passage du train comme une nouvelle opportunité d'intégrer les Ilnuatsh à la modernité et à la société allochtone plutôt qu'un recul au profit de la sédentarisation.

«Ben ça rendait service un petit peu pareil, dans ce temps-là (ueshkatsh), y avait pas de machines (apu takutsh atapan) rien, y avaient rien que des chevaux (kapilekashkueuatsh) dans ce temps-là. C'était un autre moyen de transport.»

«Il est venu par les chars (trains), ah oui! il est venu longtemps par les trains (ishkuteutapana) le courrier. Puis il avait un homme (napeu) qui était nommé, puis qui prenait les sacs de malle, puis qui allait les mener chez madame Merry.» (aîné de Mashteuiatsh)