Au début du 19e siècle, la région était une grande et abondante forêt encore vierge. Arrivés du New Hampshire, neuf pionniers américains sont venus explorer les environs de Stanstead-Est dans le but de venir y installer leurs familles.
Parmi les « 9 partners » se trouvaient des Cass qui seront les ancêtres de John, né en 1819. Les Cass sont une famille très importante pour ce coin de pays. Ils ont été plusieurs dizaines à naître et à grandir dans la petite municipalité, passant par l’école qui prit d’ailleurs leur nom et abrite encore aujourd’hui le bureau municipal de Stanstead-Est.

À l’origine, les commodités étaient réduites au strict minimum. Les pionniers ont dû, pendant quelques années se rendre jusqu’aux États-Unis à travers la forêt pour faire moudre leur blé afin d’obtenir la farine nécessaire pour faire du pain. Mais avec le développement du hameau, on érigera un moulin, un magasin général et même un bureau de poste.

Après bien des efforts des gens d’affaires et en particulier du député Colby, le train est passé au bout du canton à partir de 1870, ouvrant ainsi la petite communauté à un plus grand marché pour vendre et acheter leurs effets (bétails et autres objets du quotidien). Il y aura ensuite une gare à Stanstead pour le train qui reliera Montréal à Boston jusque dans les années 1980.

John Cass a cultivé sa terre jusqu’en 1904. Au cours de sa vie difficile de pionnier, il perdra deux de ses enfants en bas âge ainsi que sa première femme.