Cette sculpture présente aussi 1500 signes et symboles, enrichis de dessins d'enfants et de phrases en chacune des onze langues officielles des Territoires du Nord-Ouest. Cri, dogrib, chipewyan, gwich'in, inuktitut/inuvialuktun/inuinnaqtun, Esclave du Nord et du Sud, anglais, français.

Un teepee, installé au sommet du rocher face au Grand Lac des Esclaves, témoigne à son tour du droit ancestral à cette terre, dévolu par l'histoire à la grande communauté autochtone.

C’est l’oeuvre de trois sculpteurs autochtones Sonny McDonald, Métis de Fort Smith, John Sabourin, Déné de Fort Simpson, et Eli Nasogaluak, Inuvialuit de Tuktoyaktuk, lesquels ont amorcé leur travail sur le site le 11 août 1999, en même temps que le sculpteur québécois Armand Vaillancourt. À son invitation, les élèves des écoles de Yellowknife y ont aussi contribué : plusieurs dessins originaux figurant sur cette oeuvre sont issus de l’imaginaire de ces enfants.

L'art traditionnel, sans perdre son identité ni ses traits caractéristiques, se marie donc avec bonheur à l'art moderne, ceci en un message très puissant de solidarité et de confiance en l'avenir. Cette sculpture est une œuvre collective et multiculturelle magistrale qui illustre bien la solidarité des collectivités locales.