En 1950, Chibougamau est encore un camp minier. Une majorité d’hommes habitent au centre ou dans des bunkhouses à proximité des projets miniers. Le soir, tout le monde se retrouve à l’hôtel pour boire et régler ses comptes. D’autres prennent le bois, attirés par les grands espaces et la possibilité de faire fortune.