BONNE RÉPONSE
4) Les chômeurs affectés par la crise économique de 1929.

Le 29 octobre 1929, la Bourse de New York s’effondre. Les taux exceptionnellement bas des actions poussent les gens à s’en procurer à crédit, désireux de faire du profit lorsque les actions remonteraient. Mais elles ne remontent pas, ce qui plonge les Nord-Américains, puis les Européens dans ce qui sera appelé le Grand Krach Boursier de 1929.

Du jour au lendemain, des dizaines de milliers de gens perdent leurs avoirs et se retrouvent à la rue. Au Québec, la crise aura un impact majeur pendant toute une décennie, alors que le taux de chômage franchit le chiffre record de 27%. Les Terrebonniens n’échapperont pas au sort.

Plusieurs décisions gouvernementales sont prises pour sortir le Québec de cette période noire, dont la Loi du chômage, qui implique un partenariat avec le gouvernement fédéral pour la mise en chantier de divers travaux publics, afin de donner des emplois aux québécois, particulièrement aux pères de familles nombreuses. Plusieurs chômeurs terrebonniens sont affectés à la reconstruction de l’hôtel de ville, qui se termine en 1931.

À cette époque, le gouvernement distribue une aide sous forme de coupons échangeables pour l’alimentation, le logement et l’habillement. À l’automne 1931, trouvant ce système trop rigide et limitatif, le gouvernement libéral de Louis-Alexandre Taschereau remplace alors les coupons par des chèques, ce qui sera la première forme de bien-être social au Québec.

Maintenant, autour de vous se trouve le parc Les Jardins Vitré, sujet de la prochaine question.