Grâce à ce réseau hydrographique particulièrement ramifié, les cours d'eau qui alimentent ce grand lac (shakahikan) ont longtemps servi de principales voies d'accès pour se rendre sur nos territoires (tshitassinu).

Premières routes pour les Pekuakamiulnuatsh, ces chemins d'eau permettent d'atteindre les territoires de chasse (tshinatuhassinu). Dès l'automne   (E takuatshihtsh), les familles reprennent le long voyage de retour en territoire (tshitassinu), après un temps de pause (katshi aluepita) sur les pointes de rassemblement (natshishkatunuatsh) sur les bords du lac (laleu shakahikan) et aux embouchures des grandes rivières.

À travers toutes ces étendues d'eau, et ces grands déplacements saisonniers, la particularité de la nation gravite autour de la famille. Sur un même territoire délimité par les cours d'eau, une famille élargie pratique ses activités traditionnelles (ilnu-aituna).

Chacune des rivières qui alimentent le Pekuakami a son importance, mais certaines représentent davantage que d'autres. Les rivières Ashuapmushuan (là où l'on guette l'orignal), Péribonka (rivière creusant le sable), Mistassini (grosse roche) et Mistassibi (grosse rivière) permettent de pénétrer les territoires du nord (tshiuetin), alors que la rivière Métabetchouan (aboutissement du courant) et Ouiatchouan (rivière aux eaux troubles) donnait accès aux territoires situés plus au sud (tshiuetunissit).

Le Pekuakami (grand lac plat), est le troisième plus grand lac (mishikamau) du Québec. D'une superficie excédant les 1 040 km2. Ce bassin, de forme plutôt ovale, possède une longueur (tshinuau) de près de 49 km et une largeur de 29 km. Il se déverse dans la rivière (shipi) Saguenay.