Alors qu'une épidémie de petite vérole sévit au lac Saint-Jean (Pekuakami) en 1876, le Dr. Lacombe effectue une vaccination préventive et constate les nombreuses maladies dont souffrent les Pekuakamiulnuatsh. Médecin influant, il recommande l'ouverture d'un hôpital (akushiutshuap) à Pointe-Bleue (Pekuakamitsh) et dès l'automne (e takuatshihtsh), le gouvernement (Tshishe Utshimau) fait construire un bâtiment à un étage en utilisant les fonds réservés pour la communauté.

De 1876 à 1894, ce sont des femmes de la communauté (Pekuakamishkueuatsh) qui tiennent le rôle d'infirmières bénévoles de l'hôpital, et assistent les docteurs (nitukulinishatsh) lors de leurs visites hebdomadaires dans la communauté (ilnussihtsh).

Si de nombreuses maladies (Alem akushuna), telles que la pneumonie et la tuberculose affectent les habitants de toute la région, l'établissement d'un hôpital (akushiutshuap) dans le village (ilnussihtsh) a certainement contribué à épargner quelque peu les Pekuakamiulnuatsh.  

Malgré tout, en 1894, le gouvernement fédéral décide de fermer l'hôpital (tshe tshipahikanitsh akushiutshuap).