Couvent Saint-Alphonse
37, rue Notre-Dame Ouest

C’est au printemps 1899 que le curé Joseph-Alphonse D’Auteuil veut doter la paroisse d’un couvent. Il adresse alors une demande aux Sœurs de la Charité de Québec. Il essuie d’abord un refus, mais avec l’intervention de l’archevêque de Québec, Mgr Louis-Nazaire Bégin, le projet est finalement accepté en avril de cette même année.
Le couvent Saint-Alphonse est ainsi fondé en 1899 et la construction de cet établissement, sous la supervision de sœur Sainte-Marguerite, se fait rapidement de sorte que les classes débutent le 3 octobre avec près de 400 élèves. L’édifice compte 4 étages et est coiffé d’un toit mansardé. Le bâtiment est construit d’après un plan fourni par la communauté.

Placé sous l’autorité des Sœurs de la Charité de Québec, l’ouverture de cette institution marque le début de la prise en charge de l’éducation par le clergé à Kingsville, qui deviendra plus tard Thetford Mines. C’est sœur Saint-Philippe-de-Néry qui en assure la direction au cours des premières années. Depuis le début des années 1880, les premiers habitants avaient accès à des écoles catholiques qui s’étaient multipliées sur le territoire jusqu’à la fin du siècle. Avec l’ouverture de ce nouveau couvent, plusieurs de ces petites écoles disparaissent.

À ses débuts, le couvent Saint-Alphonse n’est qu’une école modèle où l’on enseigne aux filles et aux garçons jusqu’à la 6e année. L’œuvre éducative des religieuses évolue avec les besoins de la ville et avant l’arrivée des Frères des Écoles chrétiennes, la communauté des sœurs de la Charité fait construire un agrandissement au couvent, appelé par les gens « le petit collège » pour recevoir les garçons de 1900 à 1907. En 1908, le couvent passe au rang d’académie et dispense désormais l’enseignement jusqu’à la 8e année. En 1918, il sera affilié à l’Université Laval.

Cependant, le couvent ne suffit pas à répondre aux besoins de plus en plus grandissants en éducation. Avec la croissance de la population et la demande grandissante en matière d’éducation, la commission scolaire fait construire en 1922, l’Externat Saint-Alphonse, avec des classes réservées aux filles, annexé au couvent et ouvert en 1923. Les religieuses en assument la direction, mais sous la juridiction de la commission scolaire. Aujourd'hui, cette partie du bâtiment est occupée par les Jardins Saint-Alphonse, une résidence pour personnes âgées autonomes.

Le couvent sera aussi rénové au fur et à mesure que les ressources le permettront. En 1925, sous la direction de sœur St-Zénon (Marie-Agnès Desrosiers), une autre annexe est construite à la bâtisse, l’hospice Sainte-Croix.

Jusqu’à la fin des années 1970, cet établissement demeure un lieu de formation, dispensant des cours à différents niveaux. En 1979, il ferme ses portes. L’année suivante, les Sœurs de la Charité font don de la bâtisse à la Fabrique Saint-Alphonse. Le vieux couvent devient alors le centre communautaire Marie-Agnès Desrosiers, en l’honneur de l’ancienne Supérieure de l’établissement qui y oeuvra entre 1923 et 1929. De nos jours, l'édifice abrite plusieurs organismes communautaires.