160 Avenue Montgomery : la maison Hogle

Cette maison est intéressante à plus d’un égard. Tout d’abord, elle fut construite en 1827, comme en fait foi le rôle d’évaluation municipal et l’inscription sur sa façade. Ceci en fait la seconde plus ancienne résidence encore habitée de Saint-Armand, après la maison de style canadien située sur la rue Quinn (1823).

C’est aussi la maison d’une famille des tout premiers Loyalistes arrivés ici dès la fin de la guerre d’Indépendance américaine. Son premier propriétaire et constructeur est John R. Hogle. Il est né à Albany en 1761, dans ce qui était alors la Province de New York, colonie britannique de la Nouvelle-Angleterre, aujourd’hui l’État de New York.

Le père de John, Francis s’enrôle en 1781 du côté des forces britanniques dans la Guerre d’Indépendance. Il est capitaine des Queen’s Loyal Rangers. Expulsé des États-Unis par le Congrès américain pour s’être battu du « mauvais » côté, Francis et sa famille sont recueillis au camp de réfugiés de Sorel. John y vivra jusqu’en 1787, année de son arrivée à Saint-Armand.

John a vécu dans cette maison avec son épouse Elizabeth et leurs enfants. Il la cède à son fils William Francis qui la laissera ensuite en héritage à sa propre fille Roxana. Cette dernière est l’épouse d’un des premiers Canadiens Français à vivre ici, Joseph Cadorette, ouvrier au quai de Philipsburg. En 1886 elle vend ce bien à son cousin Lewis S. Hogle.

La maison Hogle est de style « Carpenter Gothic ». Les caractéristiques de ce style de résidence sont le pignon en façade, la galerie et son avant-toit. On trouve un très grand nombre de ces maisons autant en Nouvelle-Angleterre que dans les Cantons de l’Est et elles influenceront nombre de constructions résidentielles ailleurs au Québec.