1483, chemin Saint-Armand : la maison Cammell

Cette maison fut construite en 1870 par Hiram Cammell (1836-1917). Il est agriculteur à Pigeon Hill et a 34 ans quand il bâtit cette belle demeure dans le style Gothic Revival très populaire à cette époque. Le pignon en façade est le trait le plus marquant de ce style. Les proportions élégantes de cette jolie maison et sa belle porte centrale contribuent beaucoup à son charme.

Hiram est le fils de Baltus Cammell (1787-1860), un américain né sans doute dans l’État de New-York et d’Elizabeth Gibson, née en Irlande. Tous les deux ont passé la plus longue partie de leur vie adulte à Saint-Armand. Ils pratiquaient la religion épiscopalienne (anglicane) et sont inhumés dans le cimetière anglican de Bedford.

Hiram hypothéquera sa maison à deux reprises. En 1887, il emprunte 800 $ à Richard Dickinson, notaire à Frelighsburg. Il rembourse ce prêt et peut donc emprunter à nouveau au même notaire la somme de 1 500 $ en 1890, toujours en hypothéquant sa maison. Dès l’année suivante il reçoit quittance finale de ce second prêt, capital et intérêt de 6 %. Cela suggère que les activités financières nécessitant ces emprunts eurent du succès.

Le notaire Dickinson (1805-1895) est un personnage considérable dans notre région à cette époque. Natif de Londres, en 1805, sa famille arrive au Canada en 1817. Il devient notaire en 1828 et pratiquera jusqu’en 1895, alors qu’il a l’âge vénérable de 90 ans. Il fut notaire à Frelighsburg et responsable du bureau d’enregistrement du district de Bedford.

En 1881, le Canadian Biographical Dictionnary and Portrait Gallery of Eminent and Self-made Men of Quebec lui consacre un article, louant ses vertus et sa fidélité à l’Église d’Angleterre.

Le notaire rural de l’époque en plus d’accepter des dépôts comme le ferait une banque, prête régulièrement de l’argent à ses bons clients et Hiram en fait partie.

Cammell appartient lui aussi à la religion anglicane, comme son notaire. Hiram n’est pas enterré dans le cimetière anglican de Bedford, comme ses parents, mais dans le cimetière de Pigeon Hill. C’est que dès 1860, une église anglicane, St. James the Less (Saint-Jacques-le-Mineur), fut construite à Pigeon Hill.