Église de Lantier

À l'emplacement de la première chapelle

Source :photo de l'ancienne chapelle, vers 1948, avant qu'elle ne soit remplacée par l'église actuelle


L'ancienne chapelle et le presbytère en construction

En juin 1947, la fabrique achète un terrain pour la construction d’une chapelle. La photo a été prise vers 1952.

Un aperçu de l'intérieur

Une vue intérieure de la chapelle, vers 1950.

Version textuelle du contenu audio

En 1946, Ie territoire de la municipalité de Lantier fait partie de l’archidiocèse de Montréal. Une requête est expédiée à Mgr Joseph Charbonneau (1892-1959), archevêque de Montréal, afin d’obtenir la messe à I’écoIe du village. Les requérants évoquent la grande distance les séparant de I’égIise de la paroisse Sainte-Lucie-de-Doncaster. Lors d’une assemblée des marguilliers en juin 1947, la fabrique achète un terrain sans bâtisse sur Ie territoire de Lantier pour la construction d’une chapelle. La même année, on autorise Ie curé à faire assurer la chapelle de la desserte dite Sacré-Coeur-des-Laurentides.

Évêque du diocèse de Mont-Laurier, Mgr Joseph-Eugène Limoges (1879-1965) approuve en 1952, la division de la paroisse Sainte-Lucie-des-Laurentides. Aussi, l’érection canonique de la nouvelle paroisse Sainte-Maria-Goretti, qui desservira les catholiques de Lantier. La rétrocession du terrain de l’église d’une fabrique à l’autre, est consentie en juillet 1953. La chapelle est bien entretenue et Ie spirituel n’est pas négligé : Ligue du Sacré-Coeur, Dames de Sainte-Anne, Agrégation au Très Saint-Sacrement, Mouvements Lacordaire et de Jeanne d’Arc.

Malgré la tentative d’ériger une nouvelle église en 1959, ce n’est qu’en 1963 que les autorités acquiesceront favorablement à la requête de quarante-deux paroissiens en raison de l’état de vétusté, de I’augmentation des villégiateurs et de I’exiguïté des lieux afin de satisfaire aux nécessités du culte. La firme d’architectes Perron & Perron de Montréal fut chargée de dresser les plans d’une église et d’une sacristie. Trois syndics sont chargés de mettre à exécution Ie décret épiscopal et un emprunt de 60 000,00 dollars est approuvé par les marguilliers. La chapelle est démolie en mars 1964 et toutes les activités de la communauté chrétienne se déroulent à I’école du village. Mgr André Ouellette (1913-2001), administrateur apostolique du diocèse, procède à la bénédiction du nouveau lieu de rassemblement et d’expression de la foi de cette assemblée, Ie 30 août 1964.

Construite dans Ie style moderne, I’église de Sainte-Maria-Goretti est sobre et soignée. Le renouveau liturgique des années 1960 a entrainé des changements majeurs dans la construction et I’aménagement des églises. Ce temple a une superficie de 23.7 mètres par 16.1 mètres (78x53 pieds). La tour est coiffée d’une imposante croix d’aIuminium et Ie clocher abrite « Adeline », une cloche qui a servi dans Ie diocèse de Rimouski. La toiture est en bardeaux d’asphaIte, les murs en granite gris et les appuis des fenêtres en granite rose, originaire de la ville de I’Annonciation. La façade est ornée de blocs de verre originellement de couleurs, mais qui durent être changés au cours des années par un verre clair en raison du coût exorbitant. II n’en demeure pas moins que cette représentation architecturale conserve son esthétique et embellit à la fois l’intérieur et I’extérieur de cet incomparable bâtiment.


L’intérieur se caractérise par Ie revêtement des murs d’un produit de composite de bois d’orme fumé. La voûte de forme arc en mitre est en bois et la nef a un seul vaisseau ce qui donne un cachet et de la chaleur au lieu. Dans la décoration harmonieuse, il faut souligner Ie remarquable travail d’artisans du fer forgé dans différents objets et ameublements, mais surtout des luminaires ainsi que du mur au fond du sanctuaire. Les bois de noyer, de chêne et d’acajou sont présents dans les bancs et les fauteuils. Les confessionnaux sont toujours habillés du verre cathédrale d’origine. L’imposant chemin de croix de mosaïques de verre : corail, orange, jaune, bleu, rouge et vert sur une croix blanche est à noter. II faut souligner, un attrait non négligeable, c’est-à-dire que Ie premier chemin de croix encadré de la chapelle du Sacré-Coeur-des-Laurentides a été bien sauvegardé et il est fixé en dessous de la représentation contemporaine.

Que ce soit pour des motifs spirituels, culturels, historiques, urbanistiques ou touristiques, cet héritage interpelle et mobilise de plus en plus la population. Pour envisager l’avenir avec détermination, chaque personne gagne à connaître son passé et à éprouver la vitalité de ses racines. Cette église a sa lumière, son ambiance, son silence pour entrer en soi-même et y découvrir la vie qui bat.

Extrait de
Circuit historique de Lantier

Circuit historique de Lantier image circuit

Présenté par : Municipalité de Lantier

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.