Le Scotch Cap et la tête du lac

Des sentiers pour toute la famille


Version textuelle de l'audio

Préparez vos souliers de randonnée, la montagne Scotch Cap vous invite sur ses sentiers très accessibles et bien balisés. Juste à l’entrée des sentiers, vous en trouverez une carte et quelques panneaux informatifs. Le sommet est à seulement 1 kilomètre et demi par le tracé le plus court, mais si vous voulez vraiment en profiter, explorer les différents sentiers permettra de faire une randonnée de plusieurs km!

Pour les gens de la région, le Scotch Cap est un incontournable tout au long de l’année car il est toujours accessible, sauf en période de chasse, et assez fréquenté pour que ses sentiers soient toujours bien entretenus.

Le Scotch Cap fait partie de la Route des Sommets, un parcours touristique de 193 km qui relie les plus hautes montagnes de la région de Mégantic, allant de la municipalité de La Patrie à Saint-Adrien.

D’une altitude de 553 mètres, le Scotch Cap se dresse tout près du lac, nommé par les amérindiens « celle qui veille sur le marais ». Faisant partie de la chaîne des Appalaches, la montagne y trône depuis bien longtemps, alors bien plus grosse, avant le passage des glaciers. Les paléo-indiens ont parcouru ses terres, et elle a très certainement été témoin du passage de l’expédition du général américain Bénédict Arnold vers Québec. 


Au sommet, la montagne offre une vue privilégiée sur la plus grande zone humide au sud du fleuve Saint-Laurent, formée par le marais et la tête du lac. Ils hébergent une faune diversifiée et importante. Cet écosystème joue d’ailleurs un rôle important dans la qualité de l’eau du lac.
Dans le marais, on trouve également un site archéologique nommé le Méganticois. On y trouve des traces des premiers hommes qui y sont passés il y a environ 12 500 ans.

Une montagne qu'on reconnaît de loin

Cette montagne qu'on reconnaît à sa forme de casquette écossaise rend hommage aux Écossais qui ont colonisé la région. 

Pourtant, elle est bien plus ancienne que leur arrivée dans la région. 

La montagne au fil des saisons

Les sentiers du Scotch Cap sont un incontournable à tout moment de l’année. À la marche, à la course ou en raquettes, ils offrent des points de vue somptueux qui permettent de suivre l’évolution de la région et de sa végétation, procurant toujours une vue renouvelée.

En constante métamorphose

L’été, on peut observer l’effet du vent qui crée différents courants sur le lac Mégantic et qui fait valser les voiliers, dans un paysage verdoyant.

L’automne, l’endroit est idéal pour observer la richesse des couleurs, étant situé au cœur d’une érablière. Attention, les sentiers secondaires sont inaccessibles pendant la saison de la chasse.

L’hiver, c’est évidemment le paysage tout blanc qui domine, et l'absence de feuilles permet une vue inédite sur les alentours. Portez aussi attention aux différentes teintes de la glace, tantôt bleutée tantôt orangée, qui recouvre le lac, le marais et ses affluents.

Et enfin, on voit la région renaître au printemps, adoptant peu à peu un vert tendre, quelques semaines après que le lac ait calé, se préparant pour un nouvel été.

Le marais

La vue au sommet donne sur la tête du lac et ses affluents.

On y voit la rivière Arnold, ou est passé le général américain Bénédict Arnold pour envahir Québec vers 1775. Elle se jette dans la décharge des Joncs, qui se jette dans le lac du même nom. On aperçoit également l’embouchure de la rivière Bergeron, qui se perd dans les méandres du marais.

Un écosystème riche

Le marais du lac Mégantic est la plus grande zone humide au sud du fleuve St-Laurent en raison de sa position et de la vallée en forme de cuvette. La trajectoire des vents dominants favorise l’accumulation de nuages qui libèrent des précipitations à la tête du lac et dans la vallée de Woburn. Proche de la ligne de coulée des eaux qui origine des montagnes des Appalaches, le marais est continuellement alimenté, ce qui permet un écosystème riche.

Prisé pour la chasse et la pêche, le marais héberge une faune diversifiée. On peut y rencontrer, entre autres, des canards, des outardes, des orignaux, des chevreuils, des loutres, des castors, des rats musqués, des grenouilles, des martin pêcheurs, des chouettes, des hiboux, des hérons, des bernaches et toutes sortes de poissons et d’oiseau.

Dans la section du marais du côté de la municipalité de Frontenac, on trouve également un site archéologique, le Méganticois. On y trouve des traces des premiers paléo-indiens qui y sont passés il y a environ 12 500 ans. 

Extrait de
Histoire de Piopolis | Sur les traces des pionniers

Histoire de Piopolis  | Sur les traces des pionniers image circuit

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS

Directions pour me rendre