Développement de la Vieille-Forge

Une vue imprenable sur les Appalaches


Version textuelle de l'audio

Vous voici devant l’un des points de vue impressionnants du village, qui donne sur la baie de Piopolis et la tête du lac et sur les montagnes bleues du Maine, de la chaine des Appalaches.  

Ce point de vue se trouve sur les anciennes terres de Godefroy Grenier, l’un des fils de l’ancêtre Edmond Grenier. Sur ces terres se trouvaient jadis une forge et une ferme. La rue qu’on appelle maintenant le rue de la vieille forge existe depuis le début des années 1900, mais le développement qui s’y déploie date seulement de 2008. Par ses rues, ce quartier en devenir rappelle certaines facettes de l’évolution de Piopolis.

Pour y arriver, vous avez gravi une côte qui a marqué les mémoires des enfants qui sont passés par Piopolis. On l’appelait la côte du village, et elle porte bien son nom! On s’y retrouvait l’hiver pour glisser, et l’été les jeunes se donnaient rendez-vous à la croix qui s’y trouve environ à mi-chemin. Anciennement, les environs de la croix procuraient une très belle vue sur le lac, d’où on pouvait contempler les tempêtes et la beauté du paysage.

Cette croix de chemin possède une histoire particulière. On raconte que ce sont deux frères chargés d’aller chercher des provisions pour le magasin général par le lac, qui se sont retrouvés pris dans une tempête.

Apeurés, ils ont fait la promesse au ciel de faire un don à l’église en guise de remerciement s’ils s’en sortaient indemnes. Le ciel les a écoutés, et ils ont fait don à l’église d’un porte évangile en or, puis ont fait ériger cette croix qui est rapidement devenue un lieu de rencontre où se sont tenues plusieurs messes, avant de trouver sa solitude en approchant le 21e siècle.

En parcourant les rues du développement pour revenir au cœur du village, portez attention aux noms des rues du développement : vous en apprendrez davantage sur la forge et sur un artisan bien particulier.

La forge de Godefroy Grenier

La vieille forge était au coeur du village, située près de l'endroit à est maintenant la tour à feu. À toute heure de la journée, le son du marteau contre l'enclume faisait écho à celui du tortueux ruisseau qui alimentait le moulin Desrochers. 

Les forges ont été une aide importante dans le développement de Piopolis. "Rouer" et cercler les roues, ferrer les chevaux, préparer des sleighs de chantier pour l'hiver, réparer le cassé, solidifier le fragile, tel était le métier du forgeron. 

Rue de l'Artisan

En montant vers le point de vue, vous croiserez la rue de l'Artisan. Elle rend hommage au sculpteur Archelas Poulin, qui était bien particulier. Il demeurait tout au bout de la rue de la Vieille-Forge, à quelques pas de la rue de l'Artisan.

Des sculptures qui changent une vie

Après un accident de travail qui lui fait perdre l’usage de ses jambes en 1917, Archelas Poulin reprend vie en maniant le couteau de poche. Son talent était naturel et énorme. Dans le bois de pin, il s’est mis à sculpter des personnages, des scènes.

Il a d’abord réalisé 24 niches représentant la vie de Jésus et a monté une exposition dans un camion remorque. Il parcourait la route des foires autour de l’Amérique du Nord, présentant toujours ses expositions pour une contribution volontaire. C’est ainsi qu’il gagnait sa vie.

Il s’est fait voler cette exposition, et s’est donc mis à faire un jeu encore plus impressionnant. Il relatait la vie rurale du Québec des années 1800. Cette fois, ceux-ci étaient des automates : ils chantaient et dansaient. Il y ajoutera plus tard une scène de bal.

L’œuvre de Poulin est encore aujourd’hui exposée dans des musées à travers l’Amérique, intriguant par son ingéniosité et émerveillant par sa complexité.

Scène de bal d'Archelas Poulin

Les personnages et les décors des dioramas étaient majoritairement faits de bois. 

La femme d'Archelas, Elmire Guay, était une bonne couturière de l'époque. Elle se mit à confectionner des vêtements pour les figurines. 

Les bûcherons

Tout en marchant dans le développement où on trouve à ce jour juste quelques maisons, portez attention à la forêt qui recouvre les terrains, qui ont pourtant été défrichés il y a quelques années. 

C'est l'endroit idéal pour se mettre dans la peau des pionniers qui, lors de leur arrivée à Piopolis, avaient accès à très peu de ressources autres que leurs bras, quelques outils, des chevaux et beaucoup de courage! 

Extrait de
Histoire de Piopolis | Sur les traces des pionniers

Histoire de Piopolis  | Sur les traces des pionniers image circuit

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS

Directions pour me rendre