La maison culturelle Laurier-Gauthier

Une exposition posthume


Version textuelle de l'audio

Vous vous trouvez devant la maison culturelle qui porte le nom de Laurier Gauthier. Elle présente l'exposition permanente « Les pierres qui font jaser… », montée par la famille de Laurier Gauthier peu après son décès.

Laurier Gauthier est l'une des personnes qui a laissé sa marque dans l'histoire de Piopolis. C'était un artisan à tout faire et, tout particulièrement, un bricoleur méticuleux.

Il est né en 1939 à Piopolis et y a grandi. Devenu jeune adulte, il a dû s’exiler pour trouver du travail ailleurs au Québec ou en Ontario. Il a travaillé dans les mines et les usines, mais le cœur n’y était pas. Piopolis lui manquait affreusement.

C’est ainsi que lorsqu’il a pu revenir à Piopolis, il a voulu participer au dynamisme de la communauté et faire découvrir la beauté des lieux. 

Pour cela, il mené deux grands projets de son vivant. Il y avait d’abord son restaurant au village qu’il a opéré pendant quelques années. Il était un véritable point de rencontre autant pour les Piopolissois que les visiteurs. On y arrivait d’un peu partout et on y accueillait souvent des américains.  Son autre grand projet a été la construction du Capitaine Cap, son bateau de croisière qui porté de nombreux touristes sur le lac Mégantic.

On peut dire qu’il a réussi la mission qu'il s'était donné. Il laisse encore aujourd'hui un grand héritage au village qu’il aimait tant, émerveillant les visiteurs d’un peu partout avec l’exposition de ses sculptures de roches. , Celle-ci a été montée par sa famille peu après son décès.

Son intérêt pour les roches était bien connu de son vivant, mais sa famille a eu toute une surprise lorsqu’ils ont trouvé près de 700 sculptures de pierres dans sa maison après son décès en 2014. Et derrière un carton d’allumettes, il avait écrit une pensée : « Mon rêve, un jour, c’est d’avoir un musée ».

C’est ce rêve que sa famille a réalisé, avec peu d’argent mais beaucoup de collaborateurs. Ils ont acheté et rénové un bâtiment municipal, une ancienne école, y ont monté et inauguré l’exposition, et en son honneur ont nommé le bâtiment Maison culturelle Laurier Gauthier.

L’exposition est ouverte au public pendant l’été. Vous trouverez plus d’informations à la halte des zouaves.

Un rêve se réalise

Tous connaissaient l'intérêt de Laurier Gauthier pour les roches, mais ils ont eu toute une surprise lorsqu’ils ont trouvé près de 700 sculptures de pierres dans sa maison après son décès en 2014. Et derrière un carton d’allumettes, il avait écrit une pensée : « Mon rêve, un jour, c’est d’avoir un musée ».

C’est ce rêve que ses frères et sœurs ont réalisé, avec peu d’argent mais beaucoup de collaborateurs. Ils ont acheté et rénové un bâtiment municipal, y ont monté et inauguré l’exposition, et en son honneur ont nommé le bâtiment Maison culturelle Laurier Gauthier.

L’exposition est ouverte au public pendant l’été, rendez-vous à la Halte des zouaves pour informations. Contribution volontaire.

"Les pierres qui font jaser..."

Dans cette exposition, il donne une vie symbolique aux pierres qu'il trouvait ici et là sur son chemin. Les pierres sont parfois laissées telles quelles, parfois sculptées, peintes et décorées.

Laurier Gauthier à l'œuvre

Voici l'artiste en pleine action. Cette pièce se nommera Mouffette à pieds humains

Qui est Laurier Gauthier?

Laurier Gauthier est l'une des personnes qui a laissé sa marque dans l'histoire de Piopolis. C'était un artisan à tout faire et, tout particulièrement, un bricoleur méticuleux.

Il est né en 1939 à Piopolis et y a grandi. Devenu jeune adulte, il a dû s’exiler pour trouver du travail ailleurs au Québec ou en Ontario. Il a travaillé dans les mines et les usines, mais le cœur n’y était pas. Piopolis lui manquait affreusement.

C’est ainsi que lorsqu’il a pu revenir à Piopolis, il a voulu participer au dynamisme de la communauté et faire découvrir la beauté des lieux. 

Pour cela, il mené deux grand projets de son vivant: un restaurant, véritable point de rencontre au village qu'il a opéré pendant quelques années, et la construction du Capitaine Cap, son bateau de croisière. 

On peut dire qu’il a réussi la mission qu'il s'était donné. Il laisse encore aujourd'hui un grand héritage au village qu’il chérissait tant, émerveillant les visiteurs d’un peu partout.

Le Capitaine Cap

Le joyau de Laurier Gauthier, un bateau qu'il a construit lui même pour faire découvrir les rives du lac à des touristes toujours plus nombreux. C'était littéralement parfois des autobus entiers qui venaient pour les croisières. 

Pendant de nombreuses années, le Capitaine Cap a vogué sur le lac Mégantic. 

L'ancienne école

Le bâtiment de la maison culturelle a été construit en 1920 et servait d'école. Les enfants venaient à pied, avec leur dîner dans une chaudière de 5 livres.

Avec la construction du couvent en 1956 (le bâtiment actuel de la Municipalité), et ensuite la centralisation des écoles, elle deviendra une salle municipale, une manufacture de maillots de bain, le Café de Pio, avant de devenir la maison culturelle Laurier Gauthier qui présente des conférences, des expositions et propose des ateliers aux villageois.

Une classe de la vieille école

L'école accueillait sur ses bancs les enfants du village, du vieux-village et des environs. Ils parcouraient souvent plusieurs kilomètres pour se rendre à l'école, avant que le transport scolaire soit mis sur pied. 



Partager

Sur Facebook

Sur Twitter

Par Messenger


Extrait de
Histoire de Piopolis | Sur les traces des pionniers

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS