Cidrerie Saint-Antoine

Bienvenue chez nous

La cidrerie Saint-Antoine de Saint-Antoine-de-Tilly se spécialise dans la production artisanale d’une vaste collection de cidres, au goûts nature (selon la même approche que le vin nature), léger (moins de 7 % d’alcool), mousseux (à l’effervescence naturelle), de glace (obtenu par cryoconcentration et cryoextraction), fort (plus de 7 % d’alcool) et liquoreux (un cidre fort qui contient moins de sucre résiduel qu’un cidre de glace).

Une entreprise familiale

La cidrerie Saint-Antoine est une entreprise familiale fondée en 1983 par Émile Aubin et aujourd’hui dirigée par son fils Jonathan Aubin et sa conjointe, Émilie Vaillancourt.  Ensemble, ils partagent la même passion pour la pomme et ses produits dérivés.

Philosophie

Notre philosophie d'entreprise s’articule autour de la production biologique. Ainsi, les personnes qui viennent faire de l’autocueillette à la cidrerie peuvent croquer dans les pommes en toute confiance, puisqu’elles sont exemptes de pesticides.

On peut cueillir jusqu’à 11 variétés de pommes en saison dans les vergers : Redfree, Sunrise, Ginger Gold, Lobo, Jonamac, McIntosh, Honeycrisp, Cortland, Spartan, Liberty et Paulared. Toutes sont certifiées biologiques par Écocert Canada.

La provenance de la Paulared

La Paulared du Québec est originaire du Michigan, aux États-Unis. Celle-ci retient tout particulièrement notre attention.

La provenance exacte de cette pomme est méconnue, mais les experts en pomiculture disent que la Paulared serait le fruit du hasard. Obtenue à partir d’un pommier rustique, elle serait possiblement descendante de la Cortland ou de la McIntosh.

Crédit photo : Cidrerie Saint-Antoine

À propos

La Paulared a été introduite dans les vergers du Québec en 1967. Il s’agit de la première pomme tardive produite massivement dans la province. Il faut savoir que les pommes hâtives sont prêtes pour l’autocueillette dès la mi-août, alors que les pommes tardives viennent à maturité à la fin de l’été ou au début de l’automne.

Mais bien avant la Paulared, un seul pommier sauvage a été à l’origine des 20 000 variétés de pommes qu’on trouve actuellement dans le monde! Cet arbre serait originaire d’Asie centrale.

Le premier pommier québécois, lui, aurait été amené d’Europe par Louis Hébert, qui l’a planté sur sa ferme de Québec en 1617. On dit qu’au 18e siècle, les pommes québécoises étaient déjà considérées comme meilleures que celles de France! 

Histoire d'entreprise

« La variété de pomme Paulared est relativement facile à cultiver dans la région. On la cultive depuis nos débuts en 1983. Elle est bien adaptée au climat de Lotbinière, même si elle est un peu sensible aux champignons.»

- Jonathan Aubin, copropriétaire de la Cidrerie


Crédit photo : J.M. Talbot, BAnQ. E6,S7,SS1,P16076

Le choix de la Paulared

L'apparence de la Paulared (sa couleur rouge vif tachetée de jaune, sa pelure naturellement un peu cireuse et sa chair d’un blanc éclatant), son goût et la texture de sa chair, idéale pour la cuisson, sont les principales raisons pour lesquelles la famille Aubin-Vaillancourt a choisi de l’inclure dans sa culture de pommiers.

« Elle est bien rouge, croquante, avec une belle fraîcheur, ajoute-t-il. Elle convient bien à la cuisine et peut être croquée à même le verger! De plus, elle est prête pour l’autocueillette dès les premières récoltes, début septembre. » Cela explique sans doute pourquoi plusieurs producteurs en font pousser dans la région! 

- Jonathan Aubin

Le p'tit bonhomme haut comme 3 pommes | Conte pour enfants

Source : Un conte de Jacques Hébert

Extrait de
Vendanges, autocueillette et cultures d'ICI!

Vendanges, autocueillette et cultures d'ICI! image circuit

Présenté par : MRC de Lotbinière

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.