Bleumiel

Bienvenue chez nous

Bleumiel de Saint-Janvier-de-Joly se spécialise dans la culture du bleuet, de l’argousier, de la camerise et de l’ail.

Les sympathiques propriétaires, Huguette Fournier et Maurice Côté, produisent également du miel à partir des fleurs de leurs précieux petits fruits.

Une passion

Huguette et Maurice sont de grands passionnés. Ils adorent transmettre leurs connaissances, et ils se feront un plaisir de vous piquer une jasette au kiosque où ils vendent leurs petits fruits frais en paniers ainsi que leurs miels et confitures.

Sur place, vous pouvez aussi remplir vos paniers vous-même de bleuet, d’argousier et de camerise.

En ce qui a trait à la camerise, il faut savoir en profiter quand ça passe, puisque la saison d’autocueillette est très, très courte!

La provenance de la camerise

À l’origine, le camérisier poussait principalement dans les régions au nord des forêts boréales d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord. Elle partage la couleur bleu foncé du bleuet, mais sa forme est allongée. Son goût unique est un heureux mélange entre celui du cassis, du bleuet et de la framboise.

Disponible depuis peu au Québec

Les premiers camérisiers de culture ont été importés du Japon il y a plus de 60 ans, mais n’ont jamais connu une grande popularité, car on jugeait les fruits trop amers.

Les Russes travaillent pour leur part depuis 50 ans à développer des lignées au goût plus sucré, sans l’amertume des formes sauvages. En Amérique du Nord, le chercheur Bob Bors, de l’Université de la Saskatchewan, a aussi mené ses propres recherches. À partir des années 1990, il a commencé à élaborer des variétés hybrides du camérisier.

Le camerisier est un arbuste très résistant au froid. Il est le candidat parfait pour prospérer dans les conditions climatiques du Québec où ce n’est qu’en 2007 que les 2000 premiers camérisiers y ont été plantés.

La camerise attire aussitôt l’attention des producteurs et transformateurs agricoles. En plus d’être robuste, le camérisier produit un fruit hâtif qui se récolte en début d’été, presque en même temps que les fraises. Dans Lotbinière, il n’existe pour l’heure que quelques rares producteurs de camerises, dont Bleumiel. 

Le lien entre la camerise et l'entreprise

« Nous sommes une petite entreprise familiale, très près de ses clients. Pour mieux les servir, nous voulions différents produits. Le miel est offert à l’année. Le bleuet vient à maturité en août. La camerise, elle, est à maturité à la fin du mois de juin et au début du mois de juillet. C’était donc tout indiqué comme fruit complémentaire au bleuet. Un des avantages d’avoir cette production variée, mais de plus petite taille, c’est que le travail est ainsi réparti tout au long de la saison.»

- Huguette Fournier

Un fruit fragile et méconnu

Avant d’offrir la camerise en autocueillette au public, Huguette et Maurice ont dû s’armer d’un peu de patience.

« Nous avons planté nos camérisiers en 2011, mais la production de fruits n’a vraiment débuté qu’en 2015.»

- Huguette Fournier


Malgré que la camerise soit encore un fruit méconnu, ce qui complexifie sa commercialisation à grande échelle, les propriétaires de Bleumiel continuent de croire qu’elle est un atout pour leur entreprise. Ils invitent les gens à la découvrir en venant la cueillir. Mais attention : la camerise est un fruit plus fragile que le bleuet. Il faut donc faire preuve de délicatesse lors de la cueillette.

Les Camerises et l'Abeille | Conte pour enfants

Source : Un conte de Jacques Hébert

Extrait de
Vendanges, autocueillette et cultures d'ICI!

Vendanges, autocueillette et cultures d'ICI! image circuit

Présenté par : MRC de Lotbinière

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.