Murale historique de Sturgeon Falls

Sites et bâtiments historiques de Sturgeon Falls

Cette murale, créée par Ashley Guénette et Courtney O'neil, représente une grande variété de points de repère de Sturgeon Falls.

Se tenir debout

Ashley Guenette est une artiste multidisciplinaire francophone qui a passé la majeure partie de son enfance à Sudbury. Étudiante à la maîtrise du programme des beaux-arts de l'Université de Waterloo, son œuvre oscille entre des peintures à l'huile et à l'acrylique colorées et vibrantes et de grandes œuvres textiles faites de matériaux recyclés.

La murale Historic Sturgeon Falls a été la première grande œuvre d'Ashley, qui a été rapidement suivie par une grande murale intitulée Standing Tall, qu'elle a réalisée dans le cadre du festival Up Here à Sudbury.

Changements de noms au fil du temps

Cette communauté de 6,800 résidents, qui sert de siège administratif à la municipalité fusionnée de Nipissing Ouest, a porté une variété de noms au cours de son histoire grâce aux peuples autochtones et à l'arrivée des colons français et anglais.

Sturgeon Falls, Bawitigong Namé et Nme-Bawting sont des noms qui ont été utilisés pour désigner la ville de Sturgeon Falls ou pour décrire la rivière qui traverse le paysage de la région.

Origine du nom Sturgeon Falls

Incorporée à la fin des années 1800, Sturgeon Falls a été nommée en raison des esturgeons qui remontaient la rivière en grand nombre pour se reproduire. La détermination et la persévérance de ce grand poisson au nez pointu sont des qualités auxquelles s'identifient les résidents qui ont vécu et vivent encore dans cette communauté multiculturelle.

La résistance à l'assimilation linguistique en est un excellent exemple. Entre autres, plusieurs générations ont lutté pendant de nombreuses années pour faire annuler le Règlement 17, pour éduquer leurs enfants en français et pour administrer leurs propres établissements d'enseignement.

​​​​​​​Lorsque la municipalité de Nipissing Ouest a été créée par le processus de fusion en 1999, les dirigeants ont insisté pour maintenir une désignation dans les deux langues officielles.

Moulin d'Abitibi

La fondation de Sturgeon Falls n'aurait pas été possible sans l'industrie forestière et l'installation de l'usine de papier en 1894. Mais la papeterie de Sturgeon Falls était très instable. Elle a d'ailleurs connu plusieurs propriétaires au cours de son existence.

Fermeture et réouverture

Ce n'est qu'en 1912, lorsque la Spanish River Pulp and Paper Company a acheté l'usine, que celle-ci est devenue rentable. Malheureusement, elle est devenue inactive de 1929 à 1947, une période qui a duré de la Grande Dépression jusqu'à près de deux ans après la Deuxième Guerre mondiale. 

Toutefois, l'usine d'Abitibi a rouvert ses portes en 1947 et la production de papier a battu son plein pendant plusieurs années. Dans les années 1960, plus de 600 employés travaillaient à l'usine d'Abitibi. En 1991, l'usine d'Abitibi est vendue à un géant de l'industrie forestière, McMillian Bloedel, qui la vend ensuite à la Weyerhaeuser Company. Weyerhaeuser a fermé définitivement l'usine le 6 décembre 2002, mettant fin à l'emploi de 149 personnes.

Hôpital Saint-Jean de Brébeuf

Le 16 janvier 1927, Mgr L'Écuyer informe la Révérende Mère Provinciale des Filles de la Sagesse de son projet d'ouvrir un hôpital à Sturgeon Falls et de son désir de confier l'administration de l'hôpital à ces Sœurs.

Agrandissement et innovation

La maison Girard située à côté du presbytère est acquise et les deux premières infirmières militaires arrivent en juillet. L'hiver suivant, une troisième religieuse infirmière s'ajoute au personnel pour aider à soigner les malades qui sont entre 150 et 250 par an.

En 1930, un troisième étage a été ajouté pour permettre l'installation d'un service de radiologie qui abritait les équipements les plus modernes de l'époque.  L'hôpital continue de se développer en ajoutant une salle d'obstétrique, une salle de stérilisation et une salle d'attente pour les médecins.

En 1951, l'école Marie Louise pour les infirmières auxiliaires, le seul centre de formation entièrement francophone de l'Ontario pour les infirmières auxiliaires autorisées, est fondée. Formant chaque année 20 à 25 jeunes femmes franco-ontariennes, l'école était située derrière l'hôpital Saint-Brébeuf.

En 1964, l'Hôpital St-Jean-de-Brébeuf se voit refuser l'agrément du Conseil canadien d'agrément des établissements de santé et l'Association des municipalités du Nipissing Ouest prend en charge un projet de construction moderne qui répondra mieux aux besoins.  En 1977, l'Hôpital Brébeuf a légué le domaine à un nouvel établissement situé au nord-est de la ville : l'Hôpital général du Nipissing Ouest. 

Extrait de
Visite des murales de Nipissing Ouest

Visite des murales de Nipissing Ouest image circuit

Présenté par : Destination Northern Ontario

Directions

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.