Le marché Vaillancourt

Au cœur du village

878, chemin du Village

Ce marché se situe au cœur du village depuis plus de 80 ans. On y trouve des produits d’épicerie fine, des plats cuisinés et une large sélection de bières artisanales. Le commerce porte toujours le nom de ses premiers propriétaires qui l’ont maintenu pendant une soixantaine d’années : la famille Vaillancourt.

Premiers propriétaires

Amédée Vaillancourt et son épouse Mabel Allan
Source: archives AHMH


Vers la fin des années 1930, Amédée Vaillancourt (1887-1968) et Mabel Allan (1897-1961) exploitaient un magasin à Montréal sur le chemin Queen-Mary. La vie chère des années de la Grande Dépression les encouragea à quitter la ville pour venir s’installer à Morin-Heights où le demi-frère irlandais de Mabel avait des terres.

Un premier commerce ouvrit un peu plus loin sur le chemin du Village, il fut malheureusement détruit par un incendie en 1942. Ne pouvant reconstruire, ils achetèrent la propriété située à cette intersection.

Un acteur essentiel dans la communauté

Le magasin Vaillancourt dans les années1970.Source: archives AHMH

À l’époque, Morin-Heights avait déjà quelques magasins généraux preuve de sa grande effervescence, mais le marché Vaillancourt est le seul qui a survécu aux nombreux changements de l’économie locale. Il faut dire qu’il était devenu essentiel aux résidents. Les produits frais et la quincaillerie n’étaient qu’une partie des services qu’ils vinrent à offrir. On y laissait paquets et messages, on y achetait des billets de spectacles, on feuilletait les catalogues de commande, on y demandait conseil et parfois, on pouvait même y obtenir un prêt personnel.

Une histoire de famille

Vitrine du magasin général Vaillancourt

Les fils d’Amédée et Mabel ont grandi dans cette atmosphère et ont contribué très tôt au fonctionnement du commerce. Le moment venu, vers les années1950, Allan et Marcel prirent la relève puis ce fut au tour de leurs propres enfants en 1990.

Tous continuèrent la tradition avec bienveillance, assurant les liens entre les gens et aidant ainsi à la cohésion sociale et au sentiment d’appartenance de la communauté.

Livraison en traîneau

Paul-Émile Renaud, Transport du pain, Mont-Tremblant, 1945
Source: Société du patrimoine du bassin inférieur de la chaîne géologique du Mont-Tremblant (SOPABIC)


La famille n’était pas à court d’anecdotes et Allan Vaillancourt fils se souvient de ces soirs où les parents racontaient les histoires les plus amusantes. Celle entre autres qui décrivait le temps jadis où les livraisons hivernales s’effectuaient en traîneau, seul moyen de transport possible avant que l’on commence à déneiger les routes dans les années1950.

«Les livraisons étaient une part très importante des services que l’on offrait. Les gens étaient souvent très isolés et voyaient très peu de monde l’hiver. Ils ne commandaient qu’une fois par semaine ou toutes les deux semaines, il était important que nous ayons ce dont ils avaient besoin. Mais ces livraisons c’étaient aussi des visites à domicile, l’occasion pour les clients de se mettre au courant des derniers potins, on jasait on prenait un petit verre, difficile de refuser, car on se connaissait bien.

La tournée de livraison continuait ainsi, mais au bout d’un certain nombre de visites les rougeurs aux joues avaient peu à voir avec le froid. À la fin du périple on était si imbibé que l’on s’endormait dans le traîneau, heureusement que le cheval connaissait le chemin du retour ! On se réveillait souvent quelques heures après être rentré dans la grange.»

Extrait de
Morin-Heights | L’harmonie, c’est dans notre nature

Morin-Heights | L’harmonie, c’est dans notre nature image circuit

Présenté par : Municipalité de Morin-Heights

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.