Restaurant Boyd

Le restaurant d’Edgar Boyd

Le restaurant Boyd au 887, chemin du Village

Cette maison fut construite par Edgar Boyd (1887-1950) dans les années1920. Il y ouvrit un bar laitier qu’il transforma en restaurant quelques années plus tard. Stratégiquement située près de l’intersection la plus fréquentée, l’entreprise attirait les touristes, tout comme les jeunes du village qui s’y retrouvaient régulièrement pour un «hot dog» et une boisson gazeuse après une soirée dansante au Commons.

Fromage, crème et beurre

La fromagerie d’Edgar Boyd au début du 20e siècle.
Source: archives AHMH


Edgar Boyd est né à Brittonville, un des quatre hameaux qui constituaient le canton de Morin. Il y exploitait déjà une fromagerie quand il épousa Sarah Jane Dawson en 1915. Six ans plus tard, ils s’installèrent dans le centre du village de Morin-Heights. Ils eurent quatre enfants, Gérald, Olive, Ronald et Léona.

Olive Boyd Kneeland (1917-2007) raconte leur vie à Morin-Heights lors d’une entrevue effectuée en 1997.

«Nous avons déménagé au village de Morin-Heights depuis Mille-Isles au début des années1920. Mon père était Edgar Boyd et ma mère était Sarah Jane Dawson. La maison dans laquelle nous vivions à Morin-Heights s’appelait la maison Goodfellow (le nom du propriétaire) et elle se trouvait là où se trouve aujourd’hui le bureau de poste. Mon père a construit un glacier à côté. Ceci, beaucoup plus tard, est devenu un restaurant. De plus, mon père avait une fabrique de beurre sur la rivière. Nous avons fabriqué du beurre à Morin-Heights et l’avons livré par camion à Montréal. Nous avons loué le glacier jusqu’à ce que nous (les enfants) soyons assez vieux pour y travailler. Puis nous avons emménagé et habité à l’étage. Chez Boyd’s, nous avions aussi des centaines de porcs et une vache dont j’alternais la traite avec mon frère Jerry.»

Lorne Brown (1912-2003), alors jeune étudiant à la petite école du village, localisée à proximité de la porcherie des Boyd, se souvient de certaines visites incongrues.

«J’allais à l’école située en arrière du “Café de la rue” sur la rue principale de Morin-Heights. Edgar Boyd avait une porcherie de l’autre côté et quelques fois les cochons s’échappaient. L’école devait alors fermer le temps de les capturer et les remettre dans leur enclos. C’était très bruyant et chaotique. Avant les porcs, il avait une fabrique de crème et de beurre face au moulin à scie.»

Publicité parue en 1937

Publicité dans la brochure «Laurentians on Parade», 1937
Source: BAnQ


Edgar Boyd, comme bien des gens de Morin-Heights de cette époque, a pratiqué plus d’un métier à la fois. Il eut aussi une entreprise de camionnage et fut commissaire-priseur pendant 35ans. Cela ne l’empêcha pas de s’impliquer dans sa communauté pour laquelle il fut conseillé municipal, secrétaire au conseil d’administration de l’école protestante et membre du club de ski Laurentian Lodge, fondé en 1923, le plus ancien club de ski en Amérique du Nord.

Extrait de
Morin-Heights | L’harmonie, c’est dans notre nature

Morin-Heights | L’harmonie, c’est dans notre nature image circuit

Présenté par : Municipalité de Morin-Heights

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.