Place des Rochelais

Les Rochelais de LaRochelle, marins ou pirates?


Lieu de rencontre et de marchandage

L’installation d’un poste de traite au début du 17e siècle ici marque le début des premières transactions autour de la mer, la rivière et la forêt qui colorent l’histoire de Matane. 

La Place des Rochelais est un lieu de rencontres où l’on se rappelle précisément de marchands rochelais à la tête du poste de traite. Ils passent l’hiver 1616 à Matane pour consolider les liens commerciaux qu’ils entretiennent depuis quelques années avec les autochtones. Comme en témoignent les bâtiments dessinés par Samuel De Champlain sur la carte de la Nouvelle-France qu’il dresse en 1612, les marchands sont bien établis.


Le Jehan

Inaugurée en 2001, la structure stylisée en forme de voilier fait référence à la goélette des rochelais Le Jehan, dont on commémore le 385e anniversaire de leur établissement. Le fond de la reproduction du bateau est rempli de galets pour rappeler le lestage des embarcations qui assure une certaine stabilité à la goélette avant d’entreprendre la traversée outre-mer. Arrivé à bon port, les marins déchargent le bateau de leurs gains et des galets. 

Il y a peut-être des galets de La Rochelle au fond de la rivière Matane depuis tout ce temps. Par ailleurs, la rue de L’Escale, près du Vieux port de La Rochelle, est pavée de pierres provenant des bords du Saint-Laurent. 

On voit en photo le Capitaine Henri Piuze qui inaugure la place des Rochelais tentant de briser la traditionnelle bouteille de Champagne sur le mât avant. Celle-ci résistera et elle lui sera offerte par les organisateurs. 


L'attrait du havre

Probablement que le grand havre formé par le bassin de la rivière Matane attirent les navigateurs-marchands ici puisqu’ils doivent prévoir un port d’embarquement naturel. La présence autochtone doit aussi être considérée. Adoptant un style de vie semi-nomade, il est habituel de les voir faire escale à l’embouchure des rivières. 

Ici, la rivière Matane sert de voie d’accès pour aller sur le Saint-Laurent ou pour pénétrer dans la péninsule gaspésienne. La rencontre entre les rochelais du Jéhan et les amérindiens est peut-être hasardeuse au début. Il convient cependant de penser que rapidement, les amérindiens viennent à leur rencontre pour échanger leurs fourrures et leurs services en échange de produits européens.


Carrefour commercial, d'hier à aujourd'hui

Nous ignorons combien de temps ce carrefour commercial de Matane a duré. Cependant, nous connaissons la raison qui a contribué à l’arrêt de ses opérations. 

En 1613, le roi de France accorde le monopole complet des pelleteries sur les rives du Saint-Laurent, depuis Québec jusqu’à Matane au Prince de Condé, son fidèle neveu. Il décrète par le fait même que ceux qui ne respectent pas l’octroi seront considérés comme des pirates et des étrangers. Il vise ainsi principalement les marchands rochelais. 

Pour comprendre cette cessation de droits de commerces, il faut savoir qu’au catholicisme réformé et imposé par le roi, les rochelais continuent de se proclamer protestants.


Le port de Matane - moteur de développement de la foresterie

Les hommes de Champlain pillent et coulent au moins deux de leurs navires en 1613 et en 1615. Qu’à cela ne tienne, la même année les marchands récidivent et passent l’hiver à Matane, de façon à être les premiers à transiger avec les amérindiens.

Bien que l’expédition de 1616 soit la dernière connue, la stratégie d’hibernation fonctionne et le Jéhan revient les chercher avec leur cargaison au printemps, comme prévu. Ils repartent vers la France, triomphant de leur succès lucratif gagné par la ruse et dans l’illégalité.

Plus tard, le port de Matane a également occupé le site du poste de traite. Depuis les années 1840, un quai rudimentaire est installé afin de servir les premières industries forestières de la région. 


La transformation du barachois

L’ancien port de mer connaît une grande expansion avec l’arrivée en sol Matanais de la compagnie forestière Hammermills Company au début des années 1920. En plus d’un nouveau quai, la compagnie installe un vaste convoyeur à chargement de pulpe nécessitant d’importants travaux de dragage à l’embouchure de la rivière. Une immense cour à bois se trouvait à l’endroit où est localisé le centre d’achats Les galeries du Vieux-Port.

Aujourd’hui encore, le site est en constante transformation. On se l’approprie pour le départ des excursions de pêche en haute mer, et les pêcheurs à la ligne s’y réunissent sous le pont du Cap des Pilotes. On y retrouve aussi une offre de restauration saisonnière sous forme de cuisine de rue. Des projets sont en ébullition pour le futur de la place des rochelais où l’on prévoie construire le Marché Public de La Matanie. 


Panorama - 360°

Dans l'application mobile, appuyez sur l'image et obtenez une vue exceptionnelle. Cette expérience virtuelle vous permet de découvrir les lieux en 360° pendant que vous pivotez sur vous-même. 

La découverte 360° peut aussi se faire sur le web en sélectionnant l'image, puis en déplaçant la photo 360° à l’aide la souris ou du touché sur l'écran.

Source : Maxime Duquette (Google Map)

Version textuelle de l'audio

On a choisi de rappeler le passage des Rochelais, parce que ce sont des marins de LaRochelle qui ont été les premiers Européens à passer un hiver à Matane… en 1616

On aurait pu dire : Place des Hollandais , Place des Malouins, des Dieppois…Beaucoup de marins de différents ports européens venaient à Matane : 

Un beau havre naturel… gratuit
On y pêchait le saumon à la tonne …gratuit
On y rencontrait une main-d’œuvre locale…gratuite ou presque : les autochtones de la Baie-des-Chaleurs viennent y vendre leurs fourrures et offrir leurs services comme travailleurs sur le banc de pêche pas cher.

Et tout ça sans investir dans la colonisation! Alors le roi les déclare tous «pirates et étrangers» et demande qu’on leur fasse la chasse.

Champlain lance ses hommes à la poursuite d’un navire rochelais, le Soleil, ils le capturent, pillent la cargaison et coulent le navire. 

Le navire stylisé que l’on voit sur la Place, voiles carguées, est le Jehan qui reviendra à Matane, quelques années plus tard, mais aura changé de nom. Il s’appellera le Saint-Luc et son capitaine, Pierre Garat, aura changé de nationalité, il sera devenu Basque. Ce n’est plus un pirate, c’est un ami. 

La Place commerciale actuelle, Les Galeries du Vieux Port, a toujours été une place commerciale. C’était la cour à bois de la compagnie Price qui y entreposait le bois de charpente en attente de l’expédier vers l’Europe.

Extrait de
Circuit patrimonial et touristique de Matane

Circuit patrimonial et touristique de Matane image circuit

Présenté par : Ville de Matane

Directions

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.