Phare de Matane

Un panorama à couper le souffle


Bienvenue en Gaspésie

Pour plusieurs, le phare de Matane est l’emblème de la région. Le tracé de la route nationale québécoise en est l’une des causes. En faisant passer la route aussi près du phare, on en a fait l’un des plus visibles et des plus accessibles au Québec. 


Un premier phare de bois pour prévenir les naufrages

Celui-ci remplace un vieux phare en bois, érigé en 1873 pour guider les marins dans leurs périples en mer. 

La situation maritime de Matane, grâce à sa rivière se déversant près d'un barachois, lui conféra dès le XVIIe siècle une réputation de havre favorable aux navires. À cette particularité géographique s'associaient malheureusement plusieurs naufrages dus en particulier à la brume provoquée par les temps doux. 


Un phare qui se déplace

En 1879, il sert aux communications dont le gardien de phare est responsable, ainsi, en 1882 il est agrandi pour aménager la résidence du gardien. En plus de maintenir en service la lanterne et les appareils d'optique 24 heures sur 24, le gardien faisait office d’opérateur du télégraphe avec fil. 

Le Phare est ensuite déplacé en 1884 à plus de 100 pieds de la mer. 


Le Phare se modernise

Un deuxième phare, cylindrique, est érigé en béton vers 1906, en plein coeur de la période très active du Lighthouse Board (Pêches et Océans Canada) sous la gouverne de Patrick Anderson. 

Le nouveau phare, du constructeur Steel Concrete, est alors équipé de lentilles de type Fresnel et d'un système d'éclairage intermittent (faisceau d'éclats tous les 7.5 secondes) et dioptrique de troisième ordre qui émet une lumière blanche visible à 85 pieds au-dessus de la ligne de la haute marée et à une distance de 15 miles. Cet appareil fut construit à Paris par la compagnie Barbier, Bernard & Turenne). Le phare s’élève à 67 pieds de hauteur et sert encore aujourd’hui de repère.


La maison du Gardien

La nouvelle habitation du gardien, construite en 1910, est toujours présente à l’heure actuelle. 

Œuvre du constructeur A. Vézina, le cottage classique, dit maison de colonisation, entièrement revêtue de bardeau de cèdre, tant sur son toit que ses murs, présente des frontons à base interrompue. Sa grande galerie à balustrade est coiffée d’un toit en croupe avec un pignon avec fronton triangulaire en son centre. 


Entre la route et le fleuve

La tour, mesurant 20 mètres de haut, surprend le voyageur par sa proximité de la route. Le premier gardien se nommait François-Xavier Dionne et demeura en poste jusqu'en 1879. Camil McKinnon en fut le dernier vigile de 1937 jusqu'à 1951, au moment où fut installé un nouveau système d'éclairage automatisé plus puissant sur le brise-lame. 


Une nouvelle vocation

Depuis 1951, le phare de Matane n’est plus fonctionnel. Aujourd’hui, ce sont les visiteurs de la région qu’il dirige en plus de renseigner sur l’histoire régionale. Dans la maison du gardien se trouve le Bureau d'accueil et d’informations touristiques et le musée maritime Lire la mer. 


À couper le souffle

Gravir les marches qui mènent au sommet vaut l’effort ne serait-ce que pour y découvrir le panorama. 

Par temps clair, il se déploie aussi loin que le parc éolien Le Nordais à Saint-Ulric vers l’Ouest, jusqu’à les Méchins vers la côte gaspésienne. En plus d’offrir au regard les montagnes des Chics chocs et des Appalaches du côté terre, on y voit évidemment le spectacle de la mer du côté du fleuve Saint-Laurent. 

On y trouve aussi de l’équipement de timonerie d’un navire moderne dont un radar, un émetteur radio et une station météorologique.

Source : photo issue du site de Marinas


Musée, informations touristiques et boutique

En plus des artéfacts et plusieurs documents autour du thème de la vie maritime à la disposition des visiteurs au musée maritime, on retrouve la boutique de produits locaux AM’ART. 

La boutique du regroupement des artistes et artisans de la région de Matane est l’endroit idéal pour vous procurer vos souvenirs de vacances. Située dans le phare de Matane, la boutique vous offre des produits de qualité tels que bijoux et vêtements de plein air fabriqués par des artisans de la région. Vous y trouverez également des produits d’arts traditionnels : couverture, nappes, napperons et tricots, produits de soins corporels, articles de décoration en bois peints à la main, produits du terroir, etc.


Pour indiquer la route aux navigateurs


Vue sur Matane

Une vue sur Matane, dont le développement est parfois présenté comme étant la plus grande aventure maritime du 20e siècle au Canada.

Source photo : Phare de Matane 1927 par Jacques de Lesseps, archives Yves Durette.

Version textuelle de l'audio

Nous sommes à environ 30 mètres du niveau de la mer, au sommet du phare de Matane. 

En face, au nord, les 60 kilomètres de fleuve résument tous les efforts de développement de la Côte-Nord qui se sont faits à partir de Matane…La plus grande aventure maritime du 20e siècle au Canada. 

C’est à partir de Matane qu’il fallait tout transporter pour «ouvrir» la Côte-Nord à l’exploitation des richesses, bois, mines de fer, etc. 

Vers l’Ouest, en direction de Québec, le port de mer, d’où sont exportés les produits usinés : les tours et les hélices des éoliennes, des édifices, des maisons complètes fabriquées pour le Grand-Nord, la pâte à papier, le parc industriel, au loin le parc d’éoliennes… 

Au Sud, les monts Chic-Chocs, une partie de la chaîne des monts Appalaches. Les sentiers de marche internationaux, balisés et entretenus qui courent dans les plus beaux paysages, La Réserve faunique 

À l’Est, les caps qui s’avancent dans la mer et qui nous précéderont à chaque tournant sur notre route vers Gaspé

Extrait de
Circuit patrimonial et touristique de Matane

Circuit patrimonial et touristique de Matane image circuit

Présenté par : Ville de Matane

Directions

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.