Une trame urbaine particulière

Voyez le circuit Au cœur du Vieux-Montmagny, histoire et architecture via l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

Une trame urbaine particulière

Source photo: Société d’histoire. Convergence des rues Saint-Jean-Baptiste et Saint-Thomas à la fin du XIXe siècle. On y voit à droite la maison Létourneau, aujourd'hui disparue.


Entrée du village

Vue sur l'entrée des rues commerçantes. L'immeuble au centre a été substitué par le bâtiment actuelle en brique. Il a été déménagé et subsiste toujours. On remarque à l'avant plan à gauche, l'entrée de la salle publique déménagée en 1906 et détruite par un incendie en 1929.


Clocher de l'église Saint-Thomas

Vue depuis le clocher de l'église Saint-Thomas. On y voit, à droite, l'Hôtel de ville érigée en 1906, laquelle fut détuite en grande partie par un incendie en 1944.

Une trame urbaine particulière

La particularité urbanistique du Vieux-Montmagny réside dans le fait que les diiférentes artères qui le compose n'ont pratiquement pas été modifiées depuis leur création. Il en résulte des rues étroites, sinueuses et qui, pour plusieurs, ont été transformées en sens unique avec l'avénement de l'automobile. L'ensemble n'est pas sans rappeller la configuration des villes européennes !

Principale artère dès l'arrivée des premiers résidants du village, la rue Saint-Baptiste était comprise à l'époque dans le tracé du chemin du Roy, qui serpentait le long de la rive sud du Saint-Laurent. Longeant le rive sud de la Rivière-du-Sud, le chemin du Roy rejoignait le coeur du village grâce à un passage à gué ou à deux ponts payants. Il allait par la suite rejoindre le tracé de la route 132 actuelle à l'ouest de la ville.

Les commerces de tous genres étaient nombreux sur la rue Saint-Jean-Baptise. Avant les années 1970, on y trouvait de tout, comme par exemple une quincaillerie, des garages, des restaurants dont le Café Roger, un supermarché Dominion, deux cinémas, un studio de photographe, un magasin « 5-10-2015 », des boutiques de vêtements et une pharmacie.

Ce n'est que dans les années 1950, que l'on verra dévier le tracé de la route 132, appelé à cette époque route Nationale, en le faisant passer au nord du noyau urbain.