La Maison sir É-P-Taché

La maison sir É-P-Taché


Étienne-Paschal-Taché

Étienne-Paschal Taché en 1848, d'après Théophile Hamel.

Réunion de famille d'autrefois

La famille Lavergne pose ici devant la maison, vers 1885.

Vieille gravure

La Maison Taché tel qu'elle apparaissait, avec seulement une tourelle, sur une gravure qui date de 1881.

Très vieille photo

La plus vieille image connue de la maison Taché. Elle y apparait avant les agrandissements qui y furent apportés en 1855. Remarquez l'absence des tourelles et de la véranda.

Vers 1930

Côté jardins, vers 1930.

37, rue Sainte-Marie

La maison sir Étienne-Paschal Taché a été construite entre 1821 et 1828 pour le médecin Étienne-Paschal Taché. En 1821, celui-ci achète deux terrains, une maison et des dépendances et y entreprend des travaux l’année suivante. Sa résidence fera l’objet d’une finition intérieure parachevée par le menuisier Marcel Fortin en septembre 1826. Elle comprendra à l’époque « un portique à quatre colonnes d’ordre ionique avec une galerie, escalier et arcades ». À la fin des années 1820, il faut dire que la maison Taché était la plus grande résidence de Saint-Thomas, après le manoir seigneurial d’Antoine-Gaspard Couillard.

Les caractéristiques architecturales de la maison correspondent à l’origine à l’architecture néoclassique. En 1855, son propriétaire y fait des changements importants souhaitant probablement mieux accueillir les plus hautes personnalités du pays. Après avoir rallongé sa résidence vers l’est, il la dote d’une cuisine spacieuse au rez-de-chaussée. À l’étage, il fait construire des chambres supplémentaires pour les domestiques. Au sud, il entreprend d’aménager une grande véranda permettant d’avoir un accès visuel au jardin. Au nord, il ajoute une galerie puis une tourelle qui offre une belle vue sur le fleuve. La seconde tourelle que l’on voit encore aujourd’hui a pour sa part une fonction purement esthétique. Elle a probablement été construite après 1883. Il faut noter que la cave rehausse le bâti de la maison et donne une certaine massivité à l’ensemble. Cette cave était d’ailleurs fort utile, car on y a trouvé un four à pain.

Étienne-Paschal Taché est reconnu aujourd’hui comme l’un des Pères de la Confédération canadienne. Militaire à 18 ans, il participe à la bataille terrestre de Plattsburgh lors de la guerre canado-américaine en 1814. Après ses études médicales à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie, il pratique à Montmagny à partir de 1820. Taché se fait connaître rapidement par la population de la région et par l’élite médicale de Québec. Patriote pour un temps à l’époque de la Rébellion de 1837-1838, il brigue les suffrages et devient député de L’Islet en 1841. Sa carrière politique sera couronnée par son accession comme premier ministre du Canada-Est entre 1855 et 1857 et en 1864. Père d’Eugène-Étienne Taché (1836-1912), qui sera l’architecte de l’édifice du Parlement de Québec, et de Jules Taché (1844-1897), peintre et cartographe, Étienne-Paschal Taché a marqué à sa manière l’histoire de Montmagny.

Cette maison a été occupée par la famille Taché et ses descendants jusqu’en 1884. Cette année-là, elle était acquise par le notaire de Montmagny Édouard Lavergne. Ce dernier acheta également une bonne partie des propriétés léguées aux descendants d’Étienne-Paschal-Taché. Les Lavergne vendent la maison d’É.P. Taché à Antoine Létourneau qui la revend en 1929 à Jules Kirouac. Ce dernier la lègue à sa fille Marie-Anne, épouse de Philippe Michaud. Ils y habitent jusqu’en 1969, année de son acquisition par Robert Proulx et Rita Michaud. Acquise en 1990 par la Ville de Montmagny, elle a accueilli le peintre Jean-Paul Riopelle avant d’être transformée en un centre d’interprétation consacré à la vie d’Étienne-Paschal Taché et sa famille.
 

La Maison sir É-P-Taché




Extrait de
Au cœur du Vieux-Montmagny, histoire et architecture

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS