6 - L'habitat forestier

Photosynthèse et chlorophylle

Les feuilles jouent un rôle essentiel pour la vie des arbres et des autres plantes qui en possèdent. Elles effectuent une réaction avec la lumière du jour, la photosynthèse. Grâce à un pigment appelé la chlorophylle, les feuilles captent la lumière du soleil et transforment celle-ci en énergie qu’elles utilisent pour fabriquer des sucres qui vont nourrir l’arbre. C’est la chlorophylle qui donne la couleur verte aux feuilles des plantes en été.

Photo : Érablière, © Simon Laflamme


Réduction de la lumière et coloration des feuilles

Or, l’efficacité de la photosynthèse est directement en lien avec la quantité de lumière. À l’automne, comme les journées raccourcissent, les feuilles ne captent plus autant de lumière. Au lieu d’entretenir des feuilles beaucoup moins productives l’hiver, les arbres feuillus sécrètent un bouchon de liège qui scelle le lien nutritif entre la feuille et la branche. Peu à peu, la chlorophylle restante se dégrade. Cela permet à d’autres pigments secondaires de couleur jaune, orange, brune, rouge ou violacée d’apparaître dans les feuilles. En été, ces pigments étaient présents dans le feuillage, mais cachés par le vert de la chlorophylle.

Photo : © Yvan Bédard


Couleurs variées (Photo: © Audrey Lachance)


Chasse aux feuilles


Chute des feuilles

Quand les feuilles ont épuisé toutes leurs réserves de chlorophylle, elles tombent au sol. Les vers de terre accélèrent leur décomposition. Cette chute des feuilles enrichira donc le sol en éléments organiques et produira un véritable compost naturel, qui permet aux arbres de la forêt de se nourrir et de croître. Pouvez-vous sentir l’odeur des feuilles qui se décomposent?

Photo : © Yvan Bédard


Les conifères perdent-ils leurs aiguilles?

La situation des conifères est différente de celle des feuillus. Au lieu de perdre toutes leurs aiguilles d’un seul coup à l’automne, ils perdent et produisent leurs aiguilles continuellement, comme nos cheveux qui tombent un peu tous les jours. Les conifères gardent donc une grande partie de leurs aiguilles en hiver. Seul le mélèze laricin fait exception, puisque ses aiguilles jaunissent et tombent toutes à l’automne.

Photo : Thuya occidental (cèdre), © Élisabeth Bossert


Thuya et mélèze

Sur le chemin du retour, nous vous mettons au défi de trouver deux conifères bien différents : le thuya occidental, communément appelé « cèdre », qui reste vert en automne et en hiver, et le mélèze laricin.

Photo (gauche) : Thuyas, © Yvan Bédard
Photo (droite) : Mélèzes; auteure: Linda Baird White, Wikimedia Commons




Extrait de
Les saisons au marais Provancher - l'automne

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS