Un cirque au village

Un cirque chez Albert Picard

Saint-Pacôme est à l’origine d’un cirque particulier. Albert Picard, de la Station de Saint-Pacôme, est un homme original et coloré. En 1940, il achète un petit ours en cage dans le but de le revendre. Soudain lui vient l’idée du cirque.

Pendant six à dix jours, dans son champ, il organise une série d’attractions et visite les municipalités avoisinantes avec deux cornets acoustiques sur son auto pour annoncer ses attractions. La fin de semaine suivante, son champ et la rue de la gare sont noirs de monde… On paie des droits d’entrée pour voir l’ours, le veau à trois pattes, la bûche géante et quelques autres bricolages et babioles dont le célèbre « lion » en cage. Ce dernier n’est autre qu’un bon chien dont on a passé le pelage au peroxyde pour le rendre jaune comme le lion. La pauvre bête meurt le lendemain.

Notons également l’épisode des singes à cette même station. Un camion de cirque qui passe par là subit un bris mécanique. Pendant qu’on répare la pièce à la forge de monsieur Grandmaison, les singes sortent de leur cage et viennent au-devant des enfants qui rient et pleurent à la fois en les voyant et en essayant de les attraper.

Dans les années 60, pendant trois ou quatre ans, le champ d'Onésime Lizotte, voisin de François Boucher, accueille les attractions de Martin Carnaval, jeux d’adresse et manèges pour cinq jours de fête. Enfants, femmes et hommes, tous s’amusent en se lançant des défis à la masse.

Après la première année, tout le monde attendait le retour des forains et la foule devenait plus nombreuse d’année en année. On se donnait rendez-vous pour voir qui des coqs du village ferait retentir la masse pour offrir à sa belle la magnifique poupée de papier et de plumes multicolores qu’il venait de se mériter. Qui serait le meilleur lanceur, celui de l’équipe de baseball ou un illustre inconnu capable d’abattre les obstacles d’un « stand de tir »? Qui serait la compagne heureuse de recevoir l’ourson mignon ou la jolie panthère de peluche? Qui ferait le plus de tours de manège sans être malade? Après tant d’émotions, pour se calmer, on se récompense : burgers, hot-dogs, frites, pomme de tire ou barbe à papa. Et pour tous, car même les religieuses qui en avaient la garde amenaient les orphelins de Rivière-Ouelle à la fête foraine le vendredi après-midi. Ah! nostalgie…

Ceci n’est pas sans rappeler la présence, dans des circonstances analogues, d’autres animaux exotiques : des éléphants en bas de la côte de l’église.

Source image : Le légendaire veau à trois pattes d'Albert Picard vers 1945, Fonds Raymond Grandmaison, Archives de la Côte-du-Sud.

Un éléphant à Saint-Pacôme

Cet éléphant a été photographié dans la côte de l'église de Saint-Pacôme en 1949. 

Source image: Photo : Benoît Royer.



Extrait de
Circuit Fil Rouge à Saint-Pacôme

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS