Noyau villageois de Rivière-Ouelle

Le centre historique

Au cours de son histoire, Rivière-Ouelle a connu, au cœur de son village, de nombreuses transformations. L’arrivée, dans les années 1690, du curé Jean-Bernard Requeleyne permet la conversion du manoir seigneurial, acquis du seigneur Deschamps, en presbytère. Au fil des siècles se succéderont dans l’îlot villageois plusieurs autres presbytères, églises et cimetières.

Photo : Cinquième presbytère (1881-1882) ; troisième église (1877) et deuxième couvent (1859). (BAnQ)


La nature se déchaîne

Bien que l’îlot villageois subisse des transformations majeures à la suite d’activités humaines, des séismes, survenus en 1792, 1860, 1870 et 1925, précipitent la démolition ou la réparation de certains bâtiments, dont l’église.

Photo : Église de Rivière-Ouelle au lendemain du séisme de 1925. (Rivière-Ouelle de la Bouteillerie, 3 siècles de vie, Paul-Henri Hudon)


Une maison vouée à l’éducation des jeunes filles

Après la construction d’une école pour garçons, le curé Panet désire concrétiser la mission que s’est donnée Marguerite Bourgeoys : éduquer les jeunes filles.

Le 13 juillet 1809, la Congrégation reçoit, par acte de donation, une maison située près de l’église. Elle est construite par « des habitants de la […] paroisse, et d’autres personnes notables et zélées pour l’avancement de l’instruction publique des jeunes filles » sur un terrain donné par le seigneur Deschamps. 

Photo : Liste des souscripteurs pour le couvent de Rivière-Ouelle. (BAnQ)


Une alma mater jamais oubliée

En 1975, les religieuses quittent le couvent qu’elles ont dirigé durant plusieurs décennies. Une fête est organisée pour souligner leur départ et les élèves préparent un spectacle de marionnettes représentant la vie de Marguerite Bourgeoys. On souligne également le jubilé d’or (cinquante ans de vie religieuse) de sœur Joséphine Turcotte, toujours présente au couvent. 

Photo : Spectacle de marionnettes, 1775. (Collection Ghislaine Guignard)


Un retour dans le passé

En 2006, des fouilles archéologiques, réalisées lors des travaux de réfection de la route 132, révèlent les preuves matérielles d’une occupation remontant au XVIIe siècle. 

Ces fouilles mettent à jour les vestiges des presbytères, églises et cimetières qui ont occupé le noyau villageois au cours des siècles. Ces découvertes confirment l’importance du patrimoine archéologique institutionnel du cœur villageois de Rivière-Ouelle.

Photo : Fouilles archéologiques, Rivière-Ouelle, 2006. (Photo : Dominique Lalande)

Un patrimoine se dévoile sous nos pieds

Ces découvertes constituent un patrimoine archéologique exceptionnel pour le Kamouraska, le Bas-Saint-Laurent et le Québec. 

Elles sont maintenant dévoilées aux résidents de Rivière-Ouelle et aux visiteurs adeptes du tourisme culturel.

Des trésors sont encore sous nos pieds, car 35 % seulement du site archéologique a fait l’objet de fouilles! Un héritage conservé pour les générations futures!

Photo : Vue aérienne de Rivière-Ouelle. (Municipalité de Rivière-Ouelle)

Extrait de
Circuit Fil Rouge Rivière-Ouelle

Circuit Fil Rouge Rivière-Ouelle image circuit

Présenté par : Parcours Fil Rouge inc.

Directions

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.