Les explorateurs de la Mistassini

Les explorateurs de la Mistassini


Les explorateurs de la mistassini

Samuel de Champlain a connaissance d’un peuple errant vivant sur la Mistassini dès le début du 17e siècle, mais l’accès y est interdit. On parle alors de « la chasse gardée montagnaise ». Le Père Jean de Quen est le premier à s’aventurer sur le Piékouagami qu’il renomma plus tard le lac Saint-Jean. Il ouvrit la voie à des dizaines d’explorateurs qui, par ce lac, pouvaient atteindre les rivières .

En 1671, le Père Charles Albanel se voit confier la mission de ramener Desgroseillers et Radisson dans le camp de la traite française. Pour cela, il doit atteindre la baie d’Hudson en remontant l’Ashuapmushuan jusqu’au lac Mistassini . On suppose que le Père Albanel est le premier à avoir parcouru la rivière Mistassini et c’est d’autant plus crédible sachant que l’arpenteur Normandin a nommé un canton longeant la rivière à son nom .

En 1674, c’est au tour du Père François de Crespieul de traverser la rivière. Ce missionnaire Jésuite évangélisera les Mistassins et autres peuples montagnais durant 30 ans . En 1679, Louis Jolliet se rend au lac Mistassini en empruntant la rivière Mistassini au retour. Sur ses cartes, il illustre ce lac légendaire au nom de lac Timagaming  et sa branche est appelée la rivière Kokigatsipi .

André Michaux, botaniste ayant remonté la rivière en 1792, explique que le nom Mistassin a été attribué à la rivière par les missionnaires Jésuites, car « on croyoit autrefois que l’on pouvoit remonter cette rivièrre jusqu’au lac Mistassin » alors qu’en vérité elle n’en est pas un prolongement direct .




Extrait de
Mythique rivière Mistassini

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS