Murale de Béthanie

Murale de Béthanie

Pour la création de la murale de Béthanie, le conseil municipal a choisi Tina Rose Bastien, une artiste peintre professionnelle de Roxton Falls, qui expose depuis plus de trente ans au Québec et à l’étranger.

Cette dernière a assuré la composition de cette murale en se basant sur les thèmes historiques déterminés par la municipalité et l’a réalisée en compagnie de deux stagiaires, Geneviève Sabourin et Marie-Louise Brabant, artistes peintres de la relève.

 


Croquis-Murale de Béthanie

Croquis réalisé par l'artiste Tina Rose Bastien.


Réalisation, Murale de Béthanie

Geneviève Sabourin, stagiaire, lors de la réalisation de la murale.


Tina Rose Bastien, artiste

Native de Montréal

Depuis, plus de trente ans, Tina Rose Bastien expose en solo et en groupe au Québec et à l'étranger dans les galeries et les symposiums. Enseignante, muraliste et illustratrice de livres pour enfants, elle est membres de plusieurs associations d'artistes professionnels dont le RAAV, Boréart, le Cercle du Québec, etc.

Récipiendaire de nombreux prix de jurys et formée en Histoire de l'art à l'UQAM, elle a beaucoup voyagé afin d'étudier diverses techniques auprès de grands maîtres du monde entier : études de l'art oriental  avec Virginia Chang, trompe l'oeil avec Saïdie Broffman, marouflage avec Louisa Nicol, etc.).


Béthanie, son histoire

Le décret officialisant la municipalité locale du canton d’Ély fut adopté le 13 novembre 1802. La municipalité du township d’Ély voit le jour le 1er juillet 1854 et ses élus administrent alors le territoire qui deviendra plus tard Béthanie.

En 1920, la municipalité du canton d’Ély-Partie-Ouest est officiellement créée; on la désigne aussi sous le nom de l’Enfant-Jésus-d’Ély. Une nouvelle érection municipale, en 1962, lui donnera le nom de Béthanie.

La paroisse du Très-Saint-Enfant-Jésus-d’Ély a été érigée canoniquement en octobre 1915 et civilement en janvier 1916. Elle est rattachée à celle de Valcourt en décembre 2007.

Les familles pionnières qui s’installent ici, en pleine nature, vers le milieu du 19e siècle, ont un travail considérable à accomplir car elles se retrouvent, au beau milieu d’une dense forêt, loin de tout village et de toute commodité. Les premiers établissements se situent à grande distance les uns des autres et les routes n’existent pas encore. Il faut circuler à travers les bois, défricher, construire une habitation et des dépendances, travailler la terre, ensemencer, récolter, veiller sur les animaux, vaquer aux tâches de la maison, élever les enfants, les vêtir, les nourrir, etc.

Avec le temps nos ancêtres ouvrent des routes, engagent des professeurs pour faire la classe dans les écoles de rangs, s’organisent et, avec l’augmentation de la population, les moulins à scie et à farine, la beurrerie, la fromagerie, la boutique de forge, le magasin général et les développements qui s’ajoutent au fil du temps, la vie est plus facile.

L’agriculture et la foresterie demeurent, depuis l’arrivée des premiers Béthaniens et Béthaniennes, les principales activités économiques de Béthanie, une charmante municipalité en pleine nature.


Source : Société d'histoire de la région d'Acton


Béthanie en photo

Philémon-Proulx et deux compagnons à la laiterie de Béthanie.
Source: Philémon Proulx.


Béthanie en photo

Ferme de Béthanie.
Source: Société d'histoire de Béthanie.


Béthanie en photo

Pont de Béthanie.
Source: Société d'histoire de Béthanie.




Extrait de
Circuit des murales historiques de la région d'Acton

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS