La grotte de Boischatel et les richesses naturelles

La grotte de Boischatel

Bien que la formation des galeries souterraines creusées par l’infiltration de l’eau dans les roches calcaires daterait de 8 000 ans, la grotte de Boischatel n’a été découverte qu’à la fin des années 1970.

D’une longueur approximative de 3 000 mètres, elle est le plus long réseau souterrain à l’est des Rocheuses. À l’extrémité du Club de golf Royal Québec, la rivière Ferrée quitte son lit, et disparaît dans une caverne que les experts appellent une perte, pour réapparaître sous forme de résurgences près de la rivière Montmorency.

La grotte présente un réseau ramifié de formes et d’aspects divers. Trois galeries principales de direction nord-sud ont été découvertes : la galerie des Piliers, la galerie Parallèle et la galerie Désyphonnée dont une partie s’étend sur plus de 250 mètres sous les rues Notre-Dame, du Canyon et des Géodes. Une douzaine de dolines, dont la profondeur varie de 1,5 à 10 mètres et dont le diamètre est de 10 à 15 mètres ont aussi été découvertes. Et au-dessus de tout cela se trouve… Boischatel!

Source : Société québécoise de spéléologie

La grotte de Boischatel

Source :Société québécoise de spéléologie


Les dolines et les résurgences

Les résurgences sont visibles à quelques endroits et le passage de l’eau souterrain laisse certains indices dont des dolines, surnommées aussi « marmites ». Ces cuvettes naturelles sont créées lorsque le sol s'affaisse, conséquence de l'infiltration de l'eau dans la roche calcaire. Ce phénomène est observable près du Club de golf Le Montmorency.

Crédit : Natasha J. Rochefort

La rivière Ferrée

La rivière Ferrée prend sa source au nord-est de L’Ange-Gardien, dans le lac artificiel de la Retenue alimenté par les rivières Laval et Bras-du-Nord, pour se déverser dans la rivière Montmorency avant d’atteindre le fleuve Saint-Laurent. Elle constitue la principale source d’approvisionnement en eau potable de Boischatel en plus d’irriguer le Club de golf Royal Québec.

Cette rivière présente des particularités géologiques rares dans l’est du Canada avec sa grotte, ses dolines et ses résurgences. Son tracé révèle un lit asséché qui est encore emprunté par l’eau lors de la crue printanière. Il s’agit d’un site protégé par le ministère de l’Environnement pour les espèces végétales qu’on y retrouve et par le ministère de la Culture et des Communications pour son caractère fossilifère.

Source : Collection privée

La rivière Montmorency et les marches naturelles

La rivière Montmorency prend naissance dans la réserve faunique des Laurentides et coule en direction sud sur une distance de 97 km. Elle traverse la forêt Montmorency et les terres du Séminaire avant de se jeter dans le fleuve Saint-Laurent par la chute Montmorency.

Formées par l’érosion des premières couches de pierre calcaire friable, les marches naturelles, qui longent la rivière près du golf, sont un important attrait au début du siècle. Elles sont devenues en partie submergées à la suite de la construction de barrages sur la rivière Montmorency.

Source : P112-03-N032153, entre 1867 et 1871, Archives de la Ville de Québec, Collection Pierre Lavoie
 

La chute Montmorency

D’une hauteur de 83 mètres, la chute Montmorency dépasse de trente mètres les chutes du Niagara. Elle est la plus haute chute à l’est des Rocheuses. Le bassin au pied de la chute a une profondeur de 17 mètres.

Avec un débit d’eau moyen de 15 à 20 m3 par seconde et même davantage lors de la fonte des neiges, elle offre un spectacle unique en toutes saisons, provoquant même des arcs-en-ciel. En hiver, les vapeurs d’eau se solidifient et forment une importante masse de glace appelée « pain de sucre », qui présente chaque année une forme et une hauteur différentes.

Source : Sépaq Crédit : Steve Deschênes

La faille de Boischatel

La faille de Boischatel, qui s’étend sur plus de 43 km de long, a été provoquée par la dérive des continents. Les terrasses et les escarpements géomorphologiques offrent des panoramas impressionnants sur l’Île d’Orléans et la rive sud du Saint-Laurent, sur les Laurentides, la Côte-de-Beaupré et la ville de Québec.

Une passerelle permet d’observer de plus près ce canyon.

Crédit : Natasha J. Rochefort
 

Le fleuve Saint-Laurent

Le fleuve Saint-Laurent joue un rôle important dans l’histoire du Canada et dans le développement de Boischatel qui a su profiter de son positionnement sur le chenal nord de l’Île d’Orléans, tout juste en amont de l’activité commerciale du port de Québec, le plus vieux port au Canada.

Le fleuve prend sa source dans les Grands Lacs et coule en direction nord-est sur une longueur de 1 197 km, pour se jeter dans le golfe du Saint-Laurent. Il est le 16e plus grand fleuve sur la base du débit. C’est à la hauteur de l’Île d’Orléans, alors qu’il devient un estuaire fluvial, que l’eau douce se mélange à l’eau salée.

Crédit : Maryse Gaudreault
 

Le parc de l'Anse

Le parc de l’Anse est le premier parc riverain de la Côte-de-Beaupré pour lequel la Municipalité de Boischatel a reçu de nombreux prix. La batture à cet endroit est une zone importante de conservation et de protection légale des oiseaux du Canada. À ce jour, 351 espèces d’oiseaux ont été recensées. Au printemps, des milliers d’oies des neiges, de canards noirs et de bernaches viennent s’y alimenter et se reposer. Environ 37 espèces de poissons fréquentent les lieux et le marais abrite une douzaine d’espèces floristiques à statut précaire.

Crédit : Maryse Gaudreault

Extrait de
Boischatel, une histoire exceptionnelle

Boischatel, une histoire exceptionnelle image circuit

Présenté par : Ville de Boischatel

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.