Cheminée et barrage de Scotstown

Vestiges et repères temporels incontournables

Source photo: © 2019 Tous droits réservés 9029-1949 Qc inc.


Texte de la narration

Nous sommes face à l'ancienne scierie fondée par John Scott.

Devant vos yeux s’élève une grande cheminée de briques, témoin du passé industriel de SCOTSTOWN. Et tout près, reposent les restes d’un barrage hydraulique. Ces deux vestiges témoignent de l’existence d’un moulin à scie aujourd’hui fermé, mais qui, en 1909, était le moteur économique de SCOTSTOWN, nouveau village fondé par des colons écossais et qui porte le nom du premier dirigeant de la scierie, John SCOTT. 

À l’époque où Donald MORRISON fuyait les policiers à ses trousses pour trouver refuge chez des gens sympathiques à sa cause, le barrage hydraulique de la Glasgow Canadian Land, était tout récent, la gare de SCOTSTOWN venait à peine d’être construite et la grande cheminée de briques de la Guelph Cask and Plywood Company ne pointait pas encore vers le ciel.

Des archives de journaux de langue française semblent laisser croire à une rivalité entre les familles écossaises et canadiennes françaises. Les Écossais de langue gaélique des Cantons ­de ­l’Est mentionnent pourtant avoir de très bons rapports avec les francophones. Le fugitif Morrison, d'origine écossaise,  a lui-même été protégé par ceux-ci

MORRISON
Il y a des francophones qui m'ont nourri. Il y en a qui m'ont caché et il y en a même qui m'ont offert une place pour coucher.



Extrait de
Sentier des Écossais | Sur les traces de Donald Morrison

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS