La famille Rolland - La Rolland

Le sénateur Jean-Baptiste Rolland

Source photo: Auteur : inconnu, (entre 1912 et 1928), Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Fonds Rolland Inc


Jean-Baptiste Rolland (1815-1888)

Durant la majeure partie de sa vie, Jean-Baptiste Rolland travaille en tant qu’imprimeur, libraire et éditeur sur la rue Saint-Vincent, à Montréal.

C’est un entrepreneur prospère et influent ; en témoignent sa qualité de membre fondateur de la Banque d’Hochelaga (future Banque Nationale) en 1874, de président de la société Saint-Jean Baptiste (1879), et vers la fin de sa vie, de sénateur pour la division des Mille-Îles.

L'usine de Mont-Rolland

C’est le curé Antoine Labelle qui attire l'attention de Jean-Baptiste Rolland sur le potentiel d’industrialisation des Laurentides : la force hydraulique de la rivière du Nord comblera les besoins énergétiques de l’usine, et la nouvelle ligne de chemin de fer Montréal-Saint-Jérôme (1876) fournira un accès direct au marché de la métropole. La municipalité de Saint-Jérôme achève de convaincre l’entrepreneur en lui promettant un bonus de 10 000$ et une exemption de taxes pour une durée de 25 ans. Une première usine s’établit donc à Saint-Jérôme en 1882, et la production de papier fin débute l’année suivante.
.....

Source : Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Fonds Rolland Inc.
Photographe : inconnu, avril 1975

Stanislas-Jean-Baptiste Rolland (1851-1935)

L’entreprise prend véritablement son essor lorsque Jean-Baptiste Rolland en confie la direction à son fils Stanislas. Faute d’argent pour engager un personnel complet, Stanislas-J.-B. agit à la fois comme directeur-gérant, chef de fabrication, ingénieur d’entretien et de réparation, chimiste et comptable. Pourtant les récompenses ne tardent pas : dès 1885, le papier fin de qualité supérieure produit par la Rolland remporte une médaille d’or à l’exposition universelle d’Anvers en Belgique. L’expérience se répète aux expositions de Chicago (1893) et de Paris (1900). L’entreprise se classe dorénavant comme l’un des meilleurs fabricants de papier au monde.

Inauguration de la machine n°3

Dans les Hautes-Laurentides, le secteur industriel est dominé par les fromageries, les beurreries et les scieries. Malgré un important abattage de bois, on n’y trouve encore aucune usine de pâte et papier. Le maire de Sainte-Adèle Wilfrid Grignon tente d’attirer ce type d’industrie dans sa municipalité. Ses efforts sont récompensés en 1902 lorsque Stanislas Rolland crée Les Moulins du Nord – la future Mont-Rolland – à l’endroit même où, plus de 50 ans auparavant, le fondateur de Sainte-Adèle Augustin-Norbert Morin avait établi ses moulins. Tout comme à l’usine de Saint-Jérôme, la force du courant actionne une roue à aube, qui transmet son mouvement aux machines à papier grâce à des courroies en cuir. Stanislas confie aussitôt la direction de l’usine à son fils Jean.

Un accord est conclu avec le Canadien Pacifique en 1906, pour ouvrir un tronçon de voie ferrée conduisant au moulin.
.....

Source : Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Fonds Rolland Inc. Photographe : Laprés & Lavigne ; Montréal, 3 septembre 1904

Mont-Rolland : un village de compagnie

La famille Rolland favorise l’établissement des ouvriers à proximité de l’usine. Elle construit et loue des duplex ; au bout de 15 ans de location, l’ouvrier devient propriétaire. Les Rolland donnent un terrain pour la construction de l’église, fournissent le bois de charpente, le tableau de la Sainte-Famille, l’orgue et les vitraux. Ils prêtent une maison pour servir d’école maternelle, et construisent un centre de loisirs avec allées de quilles et terrains de tennis. On y montre aussi des films, et la fanfare locale y fait ses pratiques. C’est donc tout naturellement que la paroisse devient municipalité en 1918.
.....

Photo : Célébration du 50ème anniversaire de l’usine à l’église de
Mont-Rolland.

Source : Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, Fonds Rolland Inc. Photographe : inconnu, 1954.

Gare de Mont Rolland

Le ralentissement économique à la fin des années 1980 cause des difficultés à l’entreprise. En 1990, la famille ferme définitivement l’usine de Mont-Rolland, puis vend la compagnie à Cascades en 1992. Dirigée par la famille Lemaire, cette dernière fait du papier recyclé la marque de commerce de la Rolland à partir des années 2000. En 1997, le village de Mont-Rolland est réintégré à Saint-Adèle suite aux fusions municipales. Puis, en 1999, Cascades quitte l’ancienne usine qui devient alors le parc d’affaires la Rolland.
.....

Source : Collection de la Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut, 46-03-20.

Recherche historique et iconographique et rédaction :
Marc-André Lapointe et  Samuel Mathieu.

Crédits

Sources : Michèle Dubuc – Le village-usine de Mont-Rolland, 2007 ; Serge Laurin – Histoire des Laurentides, 1989 ; Mario Fauteux – La Rolland, une grande histoire de familles ; Ministère de la culture et des communications du Québec – Répertoire du patrimoine culturel du Québec – Jean-Baptiste Rolland – Stanislas-Jean-Baptiste Rolland.



Extrait de
Grands développeurs des Pays-d'en-Haut

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS