La famille Simard - Estérel Resort

La Famille Simard

Source photo: Société d’histoire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et d’Estérel, Fonds Simard


Fridolin et Thomas-Louis Simard

Natifs de Saint-Urbain dans Charlevoix, les frères Fridolin et Thomas-Louis Simard se lancent en affaires dès 1932, avec la fondation d'un garage-station-service à Amos, en Abitibi. À peine trois ans plus tard, ils créent l'entreprise de construction Simard et frères. Le gouvernement du Québec leur confie la réalisation d'axes routiers, de ponts et d'édifices publics.

En 1939, Fridolin est élu maire d'Amos, devenant à 29 ans le plus jeune maire du Canada. Il sera plus tard président de l'Union des municipalités du Québec, ce qui lui permettra de côtoyer urbanistes, architectes et spécialistes du monde municipal.

Jean-Claude La Haye
Ville d'Estérel

Le Sporting Club en 1939

C'est par hasard que Fridolin (1910-1995) découvre le domaine de l'Estérel, construit par le baron Louis Empain à la fin des années 1930. En 1957, alors qu'il se rend à Montréal avec son hydravion, une tempête le repousse et le force à amerrir sur le lac Masson. Il s'éprend aussitôt du site et, avec son frère Thomas-Louis, acquiert le Domaine et ses terrains sauvages. Les frères y voient la possibilité de revivre le style de vie campagnard de leur enfance, tout en poursuivant le projet du baron. Le développement domiciliaire qu'ils imaginent se nommera donc L'Estérel. Il sera novateur, et on espère y attirer une population d'environ 5 000 personnes.
           
Le plan d'urbanisme est confié à Jean-Claude La Haye (1923-1999). Celui qu'on surnommera le père de l'urbanisme au Québec dresse un plan d'aménagement, dont les conditions devaient garantir les qualités esthétiques et l'intégration harmonieuse du bâti dans son cadre naturel. La Haye prescrit des constructions faites avec des matériaux de qualité, les plans de chaque résidence devant être réalisés par un architecte. Le plan prévoit également que les terrains situés dans le fond des baies, et ceux où s'écoulent des ruisseaux, seront zonés « parcs naturels » pour assurer leur conservation. Dans plusieurs cas, les croisements de chemins seront aménagés en parcs.
.....

Photographe : Édouard Martin Comélas.

Source : Fonds Empain, collection de la Société d’histoire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et d’Estérel.

Maquette de la Ville d’Estérel (par Jean-Claude La Haye)

Fridolin Simard fait appel aux architectes Jean-Marie Roy et Roger d'Astous pour la conception de résidences. Seule une partie des demeures prévues par les Simard sera finalement réalisée. Estérel devient officiellement une ville le 5 mars 1959, et Fridolin Simard, son maire-fondateur. Son frère et lui tâchent également de redonner vie au domaine du baron Empain. En 1962 est construit l'hôtel Estérel ; comportant 124 chambres, l'édifice est en béton armé, un choix audacieux à l'époque. Ce bâtiment vient compléter l'ancien Sporting Club du baron Empain, de manière à constituer un lieu de villégiature pouvant aussi accueillir des congrès.

Les carrières de Fridolin Simard et de Jean-Claude La Haye connaîtront des suites fructueuses, tous deux devant participer de près à l'organisation de l'Expo 67. Depuis 1985, l’Ordre des urbanistes du Québec décerne le prix annuel d’excellence Jean-Claude La Haye à un urbaniste s’étant démarqué dans son milieu. Quant à Fridolin Simard, il aimait dire qu'une personne parvient toujours à réaliser ce qu'elle entreprend, à condition d'y travailler avec acharnement.
.....

Source : photographie de la maquette réalisée par la MRC des Pays-d’en-Haut, la maquette étant la propriété de la Ville d’Estérel.

Crédits

Recherche historique et iconographique, rédaction : Marc-André Lapointe et Samuel Mathieu

Source : Robert Lavigne, L'Estérel : Tel un jardin de rêve, Sainte-Adèle : Éditions Textes et contextes, 2013, 101 p.



Extrait de
Grands développeurs des Pays-d'en-Haut

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS