Saint‑Grégoire, terre d’accueil acadienne

Saint-Grégoire, terre d’accueil acadienne

Dès 1758, la majorité des premiers Acadiens qui arrivent au Québec s'établissent dans l'actuel secteur Saint-Grégoire de Bécancour, contraints à quitter les terres de leur Acadie natale. Découvrez l'histoire se rapportant aux édifices, monuments et vestiges issus de cette épopée historique à travers une thématique inédite à saveur Acadienne offerte en BaladoDécouverte. Vous serez orienté et informé par rapport aux principaux points d'intérêt locaux à même votre cellulaire.

L'histoire débute au milieu du 18e siècle, à une époque où les anglais revendiquent les terres des Acadiens. Préférant fuire les tensions, deux premiers groupes de personnes quittent leur Acadie natale, l'un en 1758 et l'autre en 1764. Puis, en 1767, une troisième vague amène cette fois des gens qui n'ont pas le choix de déménager, forcés de quitter les terres acadiennes dans le contexte de la déportation. Ils s'installent dans le secteur de Saint-Grégoire, où l'on trouve à l'époque les seigneuries Bruyère (Bécancour), Godefroy et Roquetaillade. 

Les premiers Acadiens s’installent sur les rives du lac Saint-Paul (jadis Bruyère), derrière une riche forêt, sur un site accessible par des voies navigables, où les Abénakis, des amis de longue date, habitent aussi, un secteur riche en poissons et en gibiers. La seconde vague d’Acadiens s’installent sur le coteau du village de La Rochelle (Godefroy), tandis que la troisième vague s'installe dans le Grand Rang (Roquetaillade), entre 1766 à 1772 (secteur de l'actuel boulevard des Acadiens).

La déportation cesse à la suite de la Conquête de la Nouvelle-France, après la signature du traité de Paris, en 1763. Les Acadiens déportés peuvent alors retourner vivre dans leur région d'origine. Plusieurs y retournent, tandis que d'autres restent là où ils sont, que ce soit en Louisiane ou au Québec.

Les Acadiens, ces nouveaux arrivants robustes et aguerris, forment un noyau solide qui se démarque des habitants de Bécancour et de Nicolet auxquels ils refusent de s’intégrer. Ils sont parmi les meilleurs agriculteurs et constructeurs de leur temps. Ils ont conservé leurs coutumes et leur histoire à la fois tragique et pittoresque. En 1784, le médecin Pierre de Sales Laterrière en fait d'ailleurs l'éloge dans ces mémoires, après avoir passé dans ce secteur avec sa pharmacie ambulante. «Rendu au village de Sainte-Marguerite peuplé d’Acadiens», il constate que «peu de besoin de marchandises et de médecines. (…) Si les choses ne vont pas mieux, (...) je n’irai pas loin». 

Débrouillards, les Acadiens se bâtissent une paroisse et une identité bien à eux à Saint-Grégoire. Au fil du temps, des centaines de pionniers et leurs descendants quittent les lieux pour occuper et même créer de nouveaux villages, tandis que d'autres choisissent d'y rester.

Découvrez plusieurs traces de cette épopée inédite à travers notre circuit patrimonial offert en BaladoDécouverte. Nous vous suggérons d'utiliser l'option de préchargement offert par l'application, laquelle vous permet d'accéder à la carte interactive et à tous les contenus du circuit sans connexion Internet sur le terrain.

Bienvenue chez nous!  


CRÉDITS

Recherche et réalisation:
Monique Manseau, chargée de projet

Remerciements:
Normand L. Godin, Suzanne Caissy, Ghislaine Beaudry, Line Bourque, France Désilets, Michèle Forest, Yves Gaudet, Raymond Cormier, Jeanne-d’Arc Hébert, Sylvie Joyal ainsi que Élizabeth Coutu, directrice, et Marie Pelletier, archiviste au Centre d'Archives régionales du Séminaire de Nicolet.

Merci à nos partenaires:
Les fonds discrétionnaires de Mario Gagné et René Morrissette et la Ville de Bécancour.

Consultez les points d'intérêt de la carte interactive 

Ce contenu est disponible pour les utilisateurs de l'application seulement.
Vous devez utiliser une tablette ou un téléphone intelligent pour y accéder.
Voir liste

Également disponible aux alentours

Selon la distance à vol d'oiseau

Commentaires

Saint-Grégoire, terre d’accueil acadienne