Salon

Le salon


Bienvenue au salon

Les galettes de Dolorès vous ont-elles donné faim? Si oui, vous pouvez essayer sa recette chez vous! Vous n’avez qu’à acheter une belle carte postale à la fin de votre visite... sur laquelle vous trouverez la recette secrète au verso. Vous pourrez ainsi la partager originalement avec vos proches!

Ceci dit, bienvenue au salon, dont le décors nous rappelle l'époque du mouvement Art&Craft né en Angleterre vers la fin du 19e siècle.

Ici, Hector Authier recevait ses invités: des amis, des collaborateurs ainsi que des personnalités importantes.

Des visiteurs prestigieux

Il a reçu, entre autres, le premier ministre de l’époque, Lomer Gouin, et des hommes politiques tels que Jules Allard, ministre de la Colonisation et Joseph-Édouard Caron, ministre de l’Agriculture ainsi que plusieurs autres personnalités publiques de haute importance.

Le développement de l’Abitibi a été planifié dans ce salon, mesdames et messieurs! M. Authier adorait la musique classique qu’il faisait jouer sur un gramophone semblable à celui que vous voyez.

Autour de vous

Jetez un coup d’œil en haut du foyer, vous y trouverez des œuvres de Balzac, son auteur préféré! Le cadre à gauche du foyer affiche une photo du mariage de sa petite-fille qui a eu lieu à Montréal.

De l’autre côté de la pièce, vous trouverez une grosse radio. Vous savez, les domiciles possédant des radios étaient plutôt rares dans ces années! Les gens qui voulaient écouter la radio devaient se rendre au Café Radio où est actuellement situé le restaurant le Beau-Coq sur la 1ère Avenue.

Jetez aussi un coup d’œil aux articles de journaux. M. Authier a fondé le journal L’Abitibi, le premier hebdomadaire francophone de la région ! Voyez le premier exemplaire, sorti le 22 janvier 1920. Son premier journal mettait l’accent sur la colonisation et était distribué seulement en Abitibi.

Chaque exemplaire coûtait 5 cents! Par la suite, L’Abitibi a été remplacée par La Gazette du Nord qui traitait surtout de commerce et d’économie. On peut maintenant remarquer l’apparition de photos et de publicités. La Gazette du Nord desservait quatre territoires: La Tuque, le Nouveau-Québec (soit l’Abitibi), le Nouvel Ontario, (soit le Nord de l’Ontario) et le Témiscamingue. Le journal consacrait une page spéciale à chacun de ces territoires.
 

À la télévision

N’oubliez pas d’aller appuyer sur le bouton noir sous la télévision et portez attention! Vous verrez et entendrez un échange avec l’Abbé Caron, un grand recruteur de colons pour l’Abitibi, ainsi qu’une conversation avec le curé Dudemaine qui a fait construire la belle église Ste-Thérèse d’Avila, qui deviendra plus tard la cathédrale d’Amos.

Après ces deux scènes télévisées, vous aurez droit aux nouvelles! Une annonce importante sera faite à la radio concernant les nouvelles constructions et la découverte de cuivre au lac Osisko, qui mènera à la naissance de la ville minière de Noranda.

Une fois le tout terminé, on se rejoint dans le corridor, à côté de la porte arrière.
 



Extrait de
Maison Hector-Authier | Votre guide virtuel

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS