La mémoire des lieux - Bienvenue à la Maison des gouverneurs

La mémoire des lieux


Contexte historique entourant la construction de la Maison

Suite à la guerre de Sept Ans (1756-1763), l’Angleterre impose une taxe aux treize colonies britanniques d’Amérique du Nord afin d’éponger l’énorme dette qui en découle. Cet épisode engendre la guerre d’Indépendance des États-Unis, de 1775 à 1783. 

En 1781, l'armée anglaise craint que les Américains ne soient ensuite tentés d'envahir la colonie canadienne. Le gouverneur Frédérick Haldimand est déterminé à empêcher toute initiative de la sorte. N'ayant pas suffisamment de soldats pour faire face à une attaque, les Anglais engagent un régiment Allemand, le Brunswick, que dirige le baron Friedrich Adolf Riedesel, un vieil ami du gouverneur Haldimand.

Le premier arbre de Noël illuminé du Canada

C'est à la Maison des gouverneurs que la baronne Riedesel a illuminé le premier arbre de Noël au Canada en 1781. Elle a ainsi perpétué une tradition allemande tout en étonnant ses invités.

L'achat de la Maison

Haldimand achète cette maison - alors en construction à Sorel - afin d'y loger le baron et son épouse, la baronne Friederike Charlotte Louise von Riedesel. Plusieurs gouverneurs et haut dignitaires séjourneront tour à tour dans cette résidence et celle-ci changera considérablement d'allure au fil du temps.

Illustration de Walter S. White

La résidence d'été du duc de Kent

De 1791 à 1794, l'édifice sert occasionnellement de résidence d'été pour le duc de Kent, père de la Reine Victoria. On attribue d'ailleurs à la maison le nom de Résidence du duc de Kent pendant de nombreuses années.

Dans les faits, le duc de Kent n'a pratiquement pas utilisé la maison. Des améliorations sont apportées à la suite du départ des Riedesel mais la maison manque rapidement d'entretien.

À travers les décennies

La Maison adopte un aspect un peu plus campagnard au fil des ans, tout en conservant son charme bucolique, malgré que l'édifice se dégrade à quelques reprises, faute d'un entretien adéquat.

Vers la fin du 19e siècle, Hyacinthe Beauchemin et, un peu plus tard, Bruno Leclaire, lui redonneront un air de jeunesse.

De 1920 à 1930

Autour de 1920, la Maison des gouverneurs est abandonnée et se trouve dans un état lamentable. En 1921, la Cité de Sorel achète la Maison suite à une entente conclue avec le promoteur Hercule Dansereau. En échange d’un investissement important devant mener à la construction d’un moulin à pulpe, la Cité lui cède la Maison.

Mais ce grand projet ne voit jamais le jour. En 1923, Hercule Dansereau se désiste et la Maison est alors rétrocédée à la Cité.

En 1926, survient un épisode semblable à celui de 1921. La compagnie The Quebec Industriel Alcohol Limited propose à la Cité de Sorel de louer la Maison pour deux années avant de l'acheter au prix de 15 000 $. La Cité propose plutôt de louer la Maison pour une année et de la vendre par la suite pour une somme de 17 000 $. L'affaire ne s'est jamais conclue.

Le Musée de Sorel

En 1928, la Cité de Sorel permet à M. Léon Ferron d’entreposer sa collection d’antiquités dans la Maison. Ce premier pas en engendrera un deuxième. Le 12 août 1933, le conseil municipal accorde à monsieur Ferron la permission d’occuper l’aile sud pour y installer le Musée de Sorel.

Ainsi, de 1933 à 1955, une partie de la Maison des gouverneurs est occupée par le Musée de Sorel. On y trouve jusqu’à 1184 objets hétéroclites.

La plus grande partie des objets de la collection du musée provenait de dons effectués par de nombreux sorelois qui, ainsi, répondaient favorablement à l'appel public lancé en ce sens par monsieur Ferron.

L'offre de M. Ferron

En 1955, Léon Ferron désire vendre le Musée et sa collection à la Ville de Sorel. Devant le refus du comité des finances, il procède lui-même à la vente de cette collection qu’il a constituée durant plus de 30 ans. Ainsi prend fin abruptement l’aventure du Musée de Sorel.

Le catalogue du musée

La publication du catalogue du Château des gouverneurs a permis de conserver des souvenirs de l'époque du musée, de ses archives et de sa galerie d'exposition.

Le travail assidu de M. Ferron est par ailleurs souligné dans les pages du journal Le Jour de Montréal, édition du 25 décembre 1943, dans un texte intitulé « Le catalogue du musée de Sorel, un document de première valeur ».

L'appellation Château des Gouverneurs

La Maison des gouverneurs a porté plusieurs noms par le passé, dont celui de Château des Gouverneurs. Cette appellation ne semble pas avoir une origine bien précise. Encore aujourd’hui, il n’est pas rare d’entendre des Soreloises et des Sorelois parler du Château des Gouverneurs.

Même si on ne peut lui en attribuer la paternité, M. Robert Fiset, maire de Sorel de 1956 à 1964, a été sans aucun doute le plus grand promoteur de cette appellation. A t-il agit ainsi pour des raisons stratégiques?

M. Fiset, suite à la disparition du Musée de Sorel et à son élection comme maire de la ville, a entrepris, en 1957, la rénovation de la Maison qui était un peu comme son Château. Le 27 février 1957, il parvient à faire en sorte que la Maison soit reconnue comme Immeuble patrimonial par le gouvernement du Québec. Le 3 juin de la même année, l'édifice est classé en tant que Lieu historique national du Canada du Château-des-Gouverneurs.

Les grands travaux de rénovation ont été terminés en 1959 avec l’installation des plaques commémoratives provenant des gouvernements canadien et québécois.

Création de la Commission des sites et monuments historiques

Le 15 juin 1959, le conseil municipal de Sorel adopte le règlement 709. Celui-ci institue la Commission des sites et monuments historiques. On trouve ce qui suit dans ce règlement:

« Considérant qu’il est devenu expédient d’instituer une telle Commission dans le but de conserver et de pourvoir à l’administration des sites et monuments historiques et plus particulièrement le Château des Gouverneurs. »

L’article 4 de ce règlement se lit comme suit:

« Ladite Commission aura pour attributions et devoirs de conserver, administrer et voir au bon ordre et au maintien des sites et monuments historiques de cette cité et notamment du Château des Gouverneurs… »

Le Centre d'art de Sorel

À la toute fin des années 50, des personnes mettent sur pied le Centre d'art de Sorel. La bonne volonté y est, mais on a vu trop grand. Tout est rapidement devenu compliqué. Cependant, la Maison a constamment suscité l'intérêt d'auteurs, de danseurs, de photographes et d'artistes peintres.

Les travaux de 1957 et de 1962

D'importants travaux de rénovations sont effectués en 1957 suite aux efforts déployés par le maire Fiset nouvellement élu. Ceux-ci ne comprennent pas la reconstruction de l’aile nord-ouest. Quelques années plus tard, le maire Fiset parvient à trouver le financement qui permettra cette fois de compléter les travaux requis pour la reconstruction de cette partie de l'édifice. Ces travaux sont effectués en 1962.

L'entente conclue avec le gouvernement du Canada concernant la reconstruction de l'aile est destinée à remonter progressivement le musée et, finalement, à effectuer des travaux ce terrassement devant mener à l'aménagement d'un parc.

Une deuxième entente sera conclue ultérieurement. Cette nouvelle entente comprend l'acquisition d'un mobilier d'époque, l’aménagement d’un stationnement pour 50 automobiles et la réalisation d’un aménagement paysager dont les plans sont fournis par le ministère du nord canadien et des ressources naturelles.

Le livre d'or

La Commission des sites et monuments historiques a pris l'initiative d'acheter un livre d'or témoignant du passages de dignitaires, d'activités sociales, culturelles et civiques. Son usage n'a pas duré longtemps, mais les témoignages qu'on y trouve démontrent l'intérêt porté envers ce lieu historique. On y fait état, entre autres, de la visite du premier ministre du Canada au Château du gouverneur.

Timbre commémoratif du premier sapin de Noël

En 1981, un comité organise toute une panoplie d’activités destinées à faire connaître l’origine soreloise du premier sapin de Noël au pays. Dans la même période, la Société canadienne des Postes décide d’émettre trois timbres commémoratifs à cet effet. Les illustrations sont l’œuvre d’Anita Kunz, considérée comme l'une des 50 femmes les plus influentes du Canada à cette époque.

Dezemberfest

En 1986, des personnes conviennent de célébrer annuellement l'illumination du premier arbre de Noël au pays, lequel a eu lieu à la Maison des gouverneurs en 1781. C'est alors que le Dezemberfest voit le jour. Cette activité n'existe plus de nos jours. Par contre, le sapin en acier inoxydable produit dans le cadre de cette activité constitue un legs émanant de cette initiative.

Le Centre d'exposition des Gouverneurs (CEG)

En 1990, suite à une demande de la Ville à cet effet, le Centre d'exposition des Gouverneurs s'installe à la Maison. Fondé par Marc Mineau, Nicole Mongeon-Cardin et Louis Ducasse, le CEG a présenté toute une panoplie d'expositions en art actuel durant 15 années. Des grands noms de l'art québécois y sont passés : Micheline Beauchemin, Lucio de Heusch, Monique Régimbald, Loly Darcel, Nanou Rybarski, Natacha Wrangel, et de nombreux autres qu'il serait trop long d'énumérer.

L'image représente le haut de la couverture d'une publication offrant une rétrospective des 10 premières années.

Tableaux d'artistes

En haut, à gauche: une aquarelle réalisée par Gill Plasse (reproduction).

En haut, à droite: Cette peinture de Mario Cardin fait maintenant partie de la collection d'œuvres d'art de la Ville de Sorel-Tracy.

Au bas: Cette œuvre de Bernadette Grégoire se trouve maintenant à l'intérieur de la Maison des gouverneurs, dans la partie occupée par l'Office de tourisme.



Partager

Sur Facebook

Sur Twitter

Par Messenger


Extrait de
Maison des gouverneurs - Jardins de la baronne Von Riedesel

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS