Murale Le draveur

Une œuvre de Jean-Louis Courteau

Jean-Louis Courteau s’inspire des grands tels que Van Gogh, Monet, Cézanne. Il finit par comprendre que le seul maître qui lui enseignera sera la nature. Il cherche donc à reproduire plus que la nature, son sens et ce qu’elle représente vraiment.

Murale LE DRAVEUR (2005)

Les draveurs constituaient jadis le corps d’élite des travailleurs forestiers. Gaffe de douze pieds et tourne-bille « cantdog » à la main, les draveurs s’efforçaient de faire circuler le bois sur la rivière du Nord et la rivière aux Mulets.

Lorsque des « jams »(embâcles de billots) se formaient en haut de la Grande chute, au chenal des paresseux ou aux abords du chemin du Loup- Garou, le plus brave des draveurs devait aller planter le bâton de dynamite qui ferait sauter l’amoncellement.

Le plus connu des draveurs d’ici fut Arcade Desjardins, connu comme étant un excellent sauteur. C’est vers 1920 que se termina la drave à Sainte-Adèle. Le mot « drave » vient de la déformation populaire de l’expression an- glaise « to drive », conduire les billots.

Extrait de
Les murales des Pays-d’en-Haut

Les murales des Pays-d’en-Haut image circuit

Présenté par : Chambre de commerce de Saint-Adèle

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.