Les mines de Château-Richer

Les mines de Château-Richer

Source photo: Centre de Généalogie, des Archives et des Biens Culturels de Château-Richer


La mine de Kaolin de Château-Richer

La mine de kaolin de Château-Richer a été ouverte en 1961 par des frères Gagnon et est restée en opération que six ans. Elle se trouve aux coordonnées suivantes: 47.023470, -71.094744  

Source: Centre de Généalogie, des Archives et des Biens Culturels de Château-Richer

Les mines

En 1938, suite à un glissement de terrain, Robert Mercier jette un regard sur la blancheur du sol et découvre un immense gisement de kaolin sur des terres appartenant au Séminaire de Québec le long de la rivière Laval.  Robert Mercier se voit concédé les droits miniers par le Séminaire mais il n'exploite pas la mine. C'est en 1958 que des frères Gagnon du Saguenay démarrent les travaux de gisement pour en connaître le plein potentiel. En 1960, le Séminaire cède les droits à la Quebec Clay Mining, fondée par les frères Gagnon. En 1961, la compagnie a construit une route et le bureau de la mine.
Le kaolin de Château-Richer aura surtout servi à fabriquer des briques de parement, notamment à la briquerie Scott-Jonction de Beauce. Les frères Gagnon cesseront les opérations en 1967.
Le kaolin est une argile blanche qui provient de l'altération des feldspaths et des granites. Réfractaire et friable, il est utilisé dans la composition des pâtes céramiques.  

Source: Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », pages 237-238

SAGUENAY MICA CO. (MICA)
%u200B%u200B%u200B%u200B%u200B%u200B%u200BVers 1922, la Compagnie Saguenay Mica Co. exploite un gisement de mica à Château-Richer. Cette mine se trouve dans le premier rang de la municipalité, sur les lots 357-360. 

Le mica est composé de biotite en cristaux servant à la fabrication de plaques de mica, aussi appelé micanite.

Source: Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », page 237

Texte de la narration

Papi : Pendant que nous marchons sur ce joli bout de chemin, j’aimerais attirer votre attention sur les terres se trouvant en haut du coteau. On trouve, un peu plus haut, une mine à « ciel ouvert » de mica à la frontière avec l’Ange-Gardien.  Une mine qui a été exploitée par la Saguenay MICA Company vers 1922. On trouve aussi loin à l’intérieur des terres de Château-Richer une autre mine, mais cette fois de kaolin. Cette mine a été exploitée par des frères Gagnon sous le nom de Quebec Clay Mining de 1960 à 1967. Les quantités de kaolin rapportées sont importantes, alors qui sait, peut-être qu’un jour on verra réapparaître de nouveaux investisseurs désireux d’exploiter cette mine à ciel ouvert. 

Guillaume : Mais papi, à quoi ça sert, le mica et le kaolin ? 

Papi : Eh bien, Guillaume, le mica est composé de cristaux et servait principalement à la construction d’isolant électrique. Le kaolin, lui, est une argile blanche très friable qui sert, entre autres, dans la composition des pâtes pour faire de la céramique, mais aussi dans certains procédés pour blanchir les pâtes à papier. Quand j’étais jeune on utilisait aussi le kaolin qu’on allait chercher à la mine pour nettoyer les seaux des érablières, car, même à l’état brut, le kaolin est friable et abrasif.  On pouvait nettoyer des centaines de seaux rapidement et sans avoir à utiliser de produits chimiques ou de savons. J’ai apporté quelques photos pour vous montrer.



Extrait de
Histoire et légendes de Château-Richer | Circuit de 11,6 km

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS