La présence amérindienne à Château-Richer

La présence amérindienne

Source photo: Wikipedia sous "Maison longue amérindienne".


Intérieur d'une maison longue huronne

Cette photo nous donne une indication du style de vie des amérindiens vivant le long du Saint-Laurent au temps de la colonisation française au XVIe et XVIIe siècle.

Source: Wikipedia sous "Maison longue amérindienne".

La présence amérindienne

Les premières présences humaines à Château-Richer et pour l'ensemble du territoire de la Nouvelle-France remontent avant même la venue de Jacques Cartier en 1534.  Bien avant l'occupation française à Québec et au Cap Tourmente, avant la foulée des terres gaspésiennes par Cartier, les terres étaient peuplées d'Amérindiens répartis en une dizaine de villages situés sur la rive nord du Saint-Laurent, entre Tadoussac et Montréal.   Ils habitaient dans des maisons-longues recouvertes d'écorce. Ils vivaient de la chasse, de la pêche et de la cueillette (végétaux et petits fruits). La plupart des Amérindiens cultivaient la terre et semaient du maïs, des fèves et des courges. En 1608, lors de la fondation de Québec, on ne trouve presque plus de tribus indiennes dans la vallée du Saint-Laurent.

L'implantation des colons français sur la Côte-de-Beaupré, entre les années 1626 et 1640, entraîne une présence amérindienne qui devient sporadique dans la vallée du Saint-Laurent ainsi que le refoulement des tribus à l'intérieur des terres. 

Source: Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », page 25

Texte de la narration

Delphine : Papi, tu as parlé des Amérindiens qui habitaient ici avant l’arrivée des Européens, est-ce que ces gens étaient contents de voir arriver les Européens ?

Papi : Eh bien, sans trop s’étendre sur le sujet, Delphine, disons que les Amérindiens n’ont pas toujours été traités avec respect par les Européens. Des manigances ont entrainé, dans le secteur de Château-Richer, des frictions entre Amérindiens et Européens, voire des morts. Je dirais que ces frictions ont eu trois résultantes du côté des Européens. La première est l’établissement d’une milice militaire composée de volontaires locaux pour défendre les habitants de la paroisse. La seconde est la construction d’un lieu capable d’être défendu au village et qui s’appelait le Fort St-Michel. Finalement, les Français ont pris des actions répressives à certains moments envers les Amérindiens pour les éloigner des habitants. Les Amérindiens ont donc été repoussés vers l’intérieur des terres ce qui les a privés d’accès à de nombreuses zones de pêche et de chasse le long du Saint-Laurent.



Extrait de
Histoire et légendes de Château-Richer | Circuit de 11,6 km

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS