Les confréries de Château-Richer

La confrérie du Saint-Scapulaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel

Source photo: Wikipedia sous la rubrique Scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel


Croix de Tempérance

Autrefois, une croix noire accrochée dans la pièce principale de la maison de l’habitant (et centrée dans le haut du mur principal) signifiait qu’il ne devait pas y avoir de consommation d’alcool dans la maison.

Source: Répertoire du patrimoine culturel du Québec sous la rubrique Croix de tempérance.

Confrérie du Saint-Scapulaire

À l'origine, le scapulaire était un vêtement utilitaire, du type tablier de travail, fréquemment utilisé par les moines, composé d'un grand morceau de tissu à l'avant et à l'arrière, joint sur les épaules par deux bandes de tissu. Il fait partie de la tenue de certains ordres religieux, y compris les Frères de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel : les Carmes. Les écrits datés du fin xiiie siècle indiquent que les premiers ermites carmes qui ont vécu sur le Mont Carmel en Terre sainte au XIIe siècle portaient une tunique brune (ou fauve, grise, ou noire) ceinturée et d'un manteau rayé blanc et brun (parfois blanc et noir). Lorsque les Carmes quittent le Mont Carmel, s'installent en Europe dans le milieu du XIIIe siècle, et deviennent un ordre mendiant, ils adoptent une nouvelle tenue qui comprend une tunique marron ceinturée, le scapulaire marron, un capot appelé capuche, et un manteau blanc.

Selon la tradition et certains récits, la Vierge Marie serait apparue à Cambridge à Simon Stock, qui était alors Supérieur Général de l'Ordre du Carmel, au cours du milieu du xiiie siècle. Les écrits les plus anciens relatant cet événement, et datés du XIVe siècle, indiquent Simon Stock, un britannique, homme de grande sainteté et dévotion, a longtemps prié la Vierge de protéger son ordre et de lui donner un signe de cette protection. La Vierge lui apparut tenant le Scapulaire à la main en disant : « C'est pour vous et les vôtres un privilège, celui qui meurt avec lui sera sauvé. ».

Selon Hugh Clarke (Carme), « les origines de la dévotion du scapulaire se trouvent dans le désir des laïcs durant le Moyen Âge d'être étroitement associés à l'Ordre du Carmel et à sa spiritualité. » Il était de coutume pour les laïcs qui appartenaient à une confrérie, fraternité ou un tiers-ordre affilié à un ordre religieux de porter un signe d'appartenance, souvent une partie dérivée de l'habit religieux comme une corde, un manteau ou un scapulaire. Pendant une partie de leur histoire, les membres du tiers-ordre carmélitain portaient le même manteau blanc que les frères Carmes, voire la tenue complète des Carmes. Le petit scapulaire marron et la promesse de Marie de salut pour son porteur, ont commencé à être diffusés aux laïcs dans la forme actuellement connue par Giovanni Battista Rossi, prieur général des carmes 1564 à 1578.

La première forme de promesse liée au scapulaire indique simplement que les porteurs du scapulaire, généralement des Carmes, seront sauvés. En premier lieu, cela signifiait que les religieux carmes resteraient fidèles à leur vocation. Plus tard, le petit scapulaire s'est répandu chez les laïcs comme un sacramental. La nature de l'aide spirituelle associée au Scapulaire a ensuite été décrite plus en détail et plus précisément. Une formulation traditionnelle de la Promesse Scapulaire est « Prenez ce Scapulaire. Quiconque meurt en le portant ne souffrira pas du feu éternel. Ce sera un signe de salut, une protection lors du danger et un gage de paix. »

Le scapulaire doit être composé de deux pièces de tissu marron fixées à un lien et posée pour l'une sur la poitrine, et pour l'autre posée sur son dos. Ces pièces sont rejointes par les deux liens qui passent sur chaque épaule, d'où le mot « scapulaire »(omoplate). Les images cousues sur le scapulaire sont facultatives. Dans le passé, le scapulaire devait être à 100 % en laine, mais ce n'est plus nécessaire, les habits des religieux carmes sont maintenant généralement faits d'autres matériaux plus durables et moins coûteux. Il est normalement porté sous les vêtements, mais non épinglé aux vêtements.

source: Wikipedia sous la rubrique Scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel. 

En ce qui a trait à Château-Richer, la confrérie est établie dans l'église locale par le curé Thomas Morel. La confrérie regroupe une centaine de membres dont Claude Auber, Marin Boucher, Jacques François, Guillaume Thibault, Zacharie Cloutier père, Zacharie Cloutier fils, Claude Poulin, Jean Cloutier, Jean Cochon fils, Simon Guyon, Jean Gagnon, Nocilas Huot. Des noms de membres sont inscrits au registre jusqu'en 1870. 

Source: Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », page 125 

De discussions avec des anciens du village on apprend que le scapulaire était encore porté par plusieurs au XXe siècle.

Confrérie du Saint-Coeur-de-Marie (1883)

Elzéar-Alexandre Taschereau établit la confrérie du Saint-Coeur-de-Marie dans la paroisse de Château-Richer le 5 novembre 1883 "pour y être maintenue à perpétuité".

Voici quelques exemples de recommandations aux prieurs de l'archiconfrérie entre 1883 et 1889:

Trois pères de familles adonnés à l'ivrognerie;
Deux personnes qui désirent connaître leur vocation;
Trois ménages brouillés et qui ont besoin de courage au milieu des saints domestiques;
Tous les malades de cette paroisse, afin que Dieu les soulage et les guérisse et qu'il leur donne la patience pour sa plus grande gloire;
Dix enfants désobéissants, afin qu'ils se soumettent à leurs parents;
Tous les voyageurs de cette paroisse afin que Dieu les fasse parvenir heureusement au terme de leurs voyages;
Trois pères et mères de familles, qui élèvent mal leurs enfants, afin qu'ils changent leur méthode d'éducation;
Quinze personnes éloignées des sacrements, afin qu'elles reviennent à Dieu sincèrement;
Vingt personnes qui vivent dans la tiédeur, afin qu'elles se raniment dans l'amour de Dieu
Tous ceux et celles qui sont recommandés aux prières;
Un jeune homme aux États-Unis dont les parents ignorent s'il est vivant ou mort, afin que la chose soit connue;
Un jeune homme de cette paroisse en voyage et dangeureusement malade;
Dix jeunes filles qui manquent de sagesse, de prudence et de modestie;
Quinze pères et mères de famille qui laissent faire de mauvaises fréquentions à leurs enfants;
Deux chefs de famille qui laissent danser dans leurs maisons;
Quinze pères et mères de famille qui négligent de surveiller leurs enfants;
Trois personnes adonnées à la haine contre leur prochain;
Six personnes adonnées aux médisances et aux calomnies;
Un père de famille adonné aux emportements contre sa famille;
Vingt jeunes gens adonnées à des fréquentations défendues;
Cinq jeunes personnes qui aiment plus les garçons que le Bon Dieu;
Quinze pères de famille éloignés des sacrements;
Quatre familles en inimitié;
Vingt-cinq personnes qui résistent aux grâces de Dieu;
Cinq pères de famille adonnés à l'ivrognerie et qui scandalisent leurs enfants;
Une fille qui perd généralement la messe du dimanche par sa faute;
Tous les danseurs et danseuses de la paroisse afin qu'ils se corrigent.

Source: Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », pages 126-127

Croix de Tempérance

ll y avait une tradition chez les Canadiens-français au sujet des croix dans les pièces de maison. Avant la création de corps policiers, dans plusieurs villages, le prêtre local s’assurait du respect de certains règlements qui prenaient souvent la forme d’une tradition.

L'une d’entre elles concernait la consommation d’alcool. La croix noire accrochée dans la pièce principale de la maison (centrée dans le haut du mur principal) de l’habitant signifiait qu’il ne devait pas y avoir de consommation d’alcool dans la maison. Si quelqu’un voulait consommer de l’alcool pour une occasion spéciale, comme le jour de l’an par exemple, il devait aller voir le prêtre et demander la permission pour fêter entre telle et telle heure.

Le prêtre, ayant donné son accord pour cette occasion spéciale, donnait alors à l'habitant une croix blanche et prenait la croix noire. La croix blanche était par la suite accrochée au mur et signifiait que le temps était à la fête. Le prêtre se présentait par la suite à l’heure choisie pour échanger la croix et mettre fin à la fête.

À l’époque il existait aussi plusieurs remèdes à base d’alcool, alors pour esquiver le contrôle du clergé, les gens avaient de temps en temps un petit rhume ou un petit malaise pour pouvoir prendre un peu de boisson.
 
Historique du mouvement de la tempérance 

Au XIXe siècle, les prédicateurs en faveur de la tempérance sont particulièrement actifs sur la Côte-du-Sud, une des premières régions québécoises touchée par le mouvement de tempérance. Ce mouvement est une manifestation de l’emprise accrue du clergé sur la population.

Les comtés de la Côte-du-Sud possèdent plusieurs débits de boissons alcooliques au début du XIXe siècle. La région ne se distingue pas vraiment du reste du Bas-Canada à ce chapitre, mais, en raison de la présence de trois prédicateurs qui exercent leur ministère dans une paroisse de Kamouraska, elle est l’une des premières touchée par le mouvement de la tempérance. Cette vaste croisade connaît beaucoup de succès, sans éliminer complètement la consommation des boissons dans la population.

Charles Chiniquy : " l’apôtre de la tempérance " 
Originaire de Kamouraska, Charles Chiniquy devient orphelin à l’âge de douze ans. Selon la tradition, son père est un alcoolique. Recueilli par son oncle, le marchand Amable Dionne, le jeune homme poursuit ses études classiques au séminaire de Nicolet. Il est ordonné prêtre en 1833 et, après avoir été vicaire dans différentes paroisses, il est nommé à la cure de Beauport en 1838. C’est là qu’il amorce sa prédication contre les ravages de l’alcool, une croisade qui le mène jusqu’à Montréal.

Chiniquy doit quitter Beauport à cause de sa conduite immorale à l’endroit de la ménagère du presbytère. Il doit se contenter alors d’un poste de vicaire à Kamouraska en 1842. Il remplace le curé décédé l’année suivante tout en continuant à prêcher la tempérance. En 1844, il publie Manuel ou Règlement de la société de tempérance dédié à la jeunesse canadienne, une œuvre qui lui attire des éloges et qui sera diffusée dans les écoles de Montréal. Au mois d’octobre de 1846, le prédicateur fait part à ses paroissiens de sa volonté d’entrer chez les oblats de Marie-Immaculée, ce qui lui laissera plus de temps pour prêcher dans le reste de la province. En fait, il doit quitter la région pour avoir poursuivi une ménagère au presbytère de Saint-Pascal.

De 1848 à 1851, Chiniquy, qui est établi à Longueuil, prêche la tempérance dans le diocèse de Montréal. Il prononce plusieurs centaines de sermons et réussit à enrôler dans son mouvement des centaines de milliers de personnes. Il est adulé par les foules qui se pressent pour l’écouter parler, le crucifix à la main. On le désigne comme " l’apôtre de la tempérance ".

De nouveaux problèmes de mœurs, qui se doublent cette fois de déclarations politiques embarrassantes pour les autorités du diocèse, le forcent à partir pour l’Illinois, où il se convertira au protestantisme.

La société de la croix noire
Même si Chiniquy est le plus connu des prédicateurs de la tempérance, le mouvement ayant pris racine à Beauport se répend à Château-Richer. C'est ainsi que le mouvement local est fondé le 21 novembre 1840. Cette société est un peu l'ancêtre des Cercles Lacordaire et Jeanne d'Arc. En 1885, elle compte les trois quarts de la paroisse. Cette même année, les membres se réunissent à la sacristie et "après invocation du Saint-Esprit, nomment saint Joseph pour patron".

Source: A. quebecoisdesouche.info/la-croix-noire-croix-de-temperance/ FQS, le 23 août 2009, Jacques Saint-Pierre, 17 septembre 2002.  
B. Buteau, Lise (2005). « Château-Richer, Terre de nos ancêtres en Nouvelle-France », page 126

Texte de la narration

(Confrérie du Saint-Scapulaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel 1665) 
Papi : Je vais maintenant vous parler de quelque chose dont je sais que vous n’avez jamais entendu parler. Il y a eu à Château-Richer une confrérie fort active, la confrérie du Saint-Scapulaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel. 

Guillaume : Un scapulaire, c’est quoi ça? 

Papi : Un scapulaire est un morceau de vêtement que portent principalement les religieux. C’est généralement un long morceau d’étoffe sans manches qui pend devant et derrière les épaules et qui va généralement jusqu’au sol. On retrouve une fente pour passer la tête et il est retenu sur les côtés du corps par une bande de tissu ou une chaine. Ce vêtement servait à l’époque comme d’un tablier pour protéger l’aube que les religieux portaient dessous. Voilà pour l’origine du mot scapulaire. Mais c'est en Angleterre que le scapulaire a pris une certaine importance. On rapporte que la vierge Marie serait apparue à un certain Simon Stock qui était le supérieur général de l’Ordre du Carmel au milieu du XIIIe siècle. La vierge Marie lui aurait dit que le scapulaire est un privilège des membres du Mont-Carmel et que celui qui meurt avec un scapulaire serait sauvé ! Bon, les frères de l’ordre étaient bien contents de leur sort car ils avaient un passage qui les amenait directement au ciel, mais les laïcs de l’époque voulaient aussi bénéficier de cette porte vers le salut de leur âme. Les laïcs ont donc commencé à porter un scapulaire. Avec le temps, le scapulaire s’est modifié pour devenir deux minces cordons ou lanières au bout desquels on fixe deux petits carrés de tissu souvent de laine. On porte un carré devant et l’autre dans le dos. Sur chaque carré, on retrouve souvent une représentation de la vierge Marie et du Sacré-Cœur. Le porteur s’engage à avoir une relation spéciale avec la vierge Marie. Voilà pour la petite histoire.

Delphine : Cet ordre a été populaire à Château-Richer ?

Papi : Oui Delphine, dès 1665 le curé Thomas Morel a établi cet ordre réservé aux hommes et les registres indiquent que l’ordre a survécu au moins jusqu’en 1870. Quand je parle aux ainés du village, plusieurs se souviennent clairement avoir vu leur père ou grand-père avec un scapulaire au cou. J’ai apporté quelques photos de scapulaires.

(Confrérie du Saint-Cœur-de-marie 1883)
Papi : Vous savez, nous avons eu à Château-Richer une autre confrérie. Celle du Saint Coeur-de-Marie qui a été établie en 1883. Dans cette confrérie, qui rassemblait des hommes et des femmes, le curé demandait aux membres, les prieurs, de bien vouloir prier pour aider à résoudre des tracas dans la communauté. J’aimerais vous lire quelques recommandations de prières faites par le curé de 1883 à 1889 :
Priez pour trois pères de famille adonnés à l’ivrognerie
Priez pour dix enfants désobéissants afin qu’ils se soumettent à leurs parents
Priez pour trois pères et trois mères de famille qui élèvent mal leurs enfants afin qu’ils changent leur méthode d’éducation
Priez pour un jeune homme de cette paroisse en voyage et dangereusement malade
Priez pour 10 jeunes filles qui manquent de sagesse de prudence et de modestie
Priez pour deux chefs de famille qui laissent danser dans leur maison
Priez pour vingt jeunes gens adonnés à des fréquentations défendues
Priez pour cinq jeunes personnes qui aiment plus les garçons que le bon Dieu
Priez pour tous les danseurs et danseuses de la paroisse afin qu’ils se corrigent. 

Delphine : C’est étonnant, Papi, de voir combien l’Église avait les mains dans tous les plats. On peut ressentir un peu de bienveillance, mais aussi beaucoup de reproches et de menaces envers bien des gens de la communauté. 

Guillaume : En tout cas, on dirait qu’il ne fallait pas danser à cette époque !

Papi : Vous avez raison, les enfants. C’était une tout autre époque durant laquelle l’Église apportait son lot de bien, mais aussi certaines incohérences qu’on lui a reconnues. 

(Société de Tempérance de la Croix (1840))
Papi : Vous savez les enfants que les abus d’alcool ne datent pas d’hier ! Eh bien, ici, à Château-Richer il y avait de nombreux adhérents à la Société de Tempérance de la Croix qui est un peu l’ancêtre des Cercles Lacordaire et Sainte Jeanne d’Arc qui se transformeront à leur tour en Alcoolique anonyme. Cette société de tempérance de la croix a été fondée en 1840 et elle comptait à l’époque les trois-quarts de la population de la paroisse. Un des signes utilisés pour démontrer son appartenance à cette société était une croix, mais pas n’importe quelle croix, non, monsieur, il fallait que ce soit une croix noire qui soit accrochée dans la pièce principale de la maison. Ainsi, par le placement de cette croix bien en vue le maître de la maison indiquait à tous qu’aucun alcool ne devait être consommé dans cette maison. 

Si le maitre de la maison désirait pour une occasion très spéciale servir de l’alcool, il devait en demander la permission au curé et ce pour une période de temps bien spécifique. Si le curé acceptait la demande il lui donnait alors une croix blanche en échange de la croix noire mais au moment de l’heure fatidique le curé se présentait alors chez le maitre de la maison pour récupérer sa croix blanche et lui redonner la croix noire. 



Extrait de
Histoire et légendes de Château-Richer | Circuit de 9,4 km

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS