Paroisse St-Marc, St-Marc-de-Figuery (Cloche.6)

L'église Saint-Marc

En 1920, Mgr Élie-Anicet Latulipe, évêque du diocèse de Haileybury dont Saint-Marc fait partie, fixait le site de la future église au lot 50, rang IV.

En février 1921, c'est l’abbé Joseph-Oscar-Viateur Dudemaine qui était chargé de la requête pour l’érection en paroisse.  Le décret a ensuite été appliqué le 23 juin par Mgr Latulipe. Un an plus tard, le 10 novembre 1922, la paroisse a été reconnue civilement sous le nom de Saint-Marc-de-Figuery.

Au printemps 1927, ils préparaient, en corvée, le bois pour la construction de la future église, de sorte qu'elle soit terminée pour Noël 1928. Et le 12 août 1930, Mgr Louis Rhéaume, évêque de Haileybury, est venu bénir l'église.

À l’été 1936, ils ont installé une grosse cloche pour accompagner la petite, déjà là depuis 1923.

En avril 1946, ils posaient des bancs en merisier et finalisaient le plancher en bois franc, juste à temps pour le 25e anniversaire de la paroisse qui allait se dérouler les 12 et 13 juillet 1947.

En 1996-1997au moyen d’une grande levée de fonds et de nombreuses heures de bénévolat, l’église a été complètement remise au goût du jour au coût de 50 795,91 $.

Le dimanche 30 novembre 2014, la plate-forme élévatrice pour les personnes à mobilité réduite a été inaugurée.

De 1998 à 2018, les marguilliers se sont affairés à maintenir en bon état le presbytère, l’église et le terrain. Des améliorations visibles ont été apportées à la façade de l’église et une structure décorative représentant un clocher a été ajoutée sur le toit.

Vue 360° de l'intérieur de l'église Saint-Marc

Dans l'application mobile, appuyez sur l'image et obtenez une vue exceptionnelle. Cette expérience virtuelle vous permet de découvrir les lieux en 360° pendant que vous pivotez sur vous-même.

La découverte 360° peut aussi se faire sur le web en sélectionnant l'image, puis en déplaçant la photo 360° à l’aide la souris ou du touché sur l'écran.

Crédit photo : Jonathan Levert

La Fabrique

En avril 1923, l'école-chapelle-presbytère au coût de 4 299,67$ a été construite. En août de cette même année, M. le curé Beauregard a obtenu des octrois de 2 000$ (ministère de la Colonisation et Instruction publique) pour amortir cette dette.

Au printemps 1928, la fabrique a emprunté 3 000,$ pour bâtir la nouvelle église.

En janvier 1948, les marguilliers ont proposé de recueillir 5 $ par famille pour le chauffage de l’église. Cette contribution a augmentée à 15 $ en janvier 1958.

En 1949, on partageait le terrain de la fabrique en lots à vendre.

En septembre 1955, la fabrique donnait 650 $ à l’église afin d’amortir le coût d’un système de chauffage à l’huile. En janvier 1956, elle donnait 750 $ pour l'achat d’un orgue.

De 1956 à 1960, la fabrique n'avait aucune dette. 

À partir de janvier 1959, on a facturé 10 $ par année pour la location du terrain de la patinoire.

En septembre 1960, la dette de la fabrique se chiffrait à 10 400$. Grâce à la Part de Dieu et aux organisations, elle est passée à 7 170,65$ en janvier 1961.

En août 1964, les marguilliers ont endossé la responsabilité des rentrées d’argent. À partir d'août 1965, ils sont passés de 4 à 6.

En automne 1971, une demande de subvention pour la réfection complète de l’église, renommée « Centre communautaire » a été acceptée. Commencées en février 1972, les réparations au coût de 40 000 $ ont été terminées à temps pour les fêtes du 50e anniversaire de la paroisse.

Le cimetière

Le 7 juillet 1921, Mgr Latulipe a fixé le site du cimetière sur le lot 52 rang III qui était un don de M. Honorat Carpentier.

Le 28 novembre de cette même année a eu lieu la première inhumation soit Mme Ézinka Grenier, épouse de M. Appollinaire Grenier.

Le 3 octobre 1924, Mgr Louis Rhéaume, remplaçant de Mgr Latuliple, a béni le cimetière et y a érigé un chemin de croix.

Entre 1936 et 1937, diverses réparations ont été faites sous forme de corvées.

En 1981, un terrain familial, un demi-terrain et un terrain individuel se vendaient respectivement 100$, 75$ et 50$.

En août 2011, Mesdames Raymonde Laprise, Johanne Sabourin, Estelle Périgny, Marielle Sabourin et Line Massicotte on procédé à la restauration de l’intérieur du charnier.
 

Les croix de chemin

En été 1924, les paroissiens ont érigé à la corvée trois croix de chemin. Une était sis au rang V, sur un emplacement donné par M. Hubert Morin. L’autre était au rang 3 et 4, parcelle donnée par M. Odilon Jobidon. La dernière était située au rang 2 sur un site offert par M. Jean Vallée.

En été 1927, les paroissiens en corvée ont érigé 3 nouvelles croix de chemin. L’un des emplacements était au rang 3 et 4, parcelle offerte par M. Jos Morissette. Une autre se situait au rang 3 et 4, partie ouest sur une parcelle offerte par M. Jos Lacoursière. La dernière était au rang 5 et 6 sur un emplacement donné par M. Pierre Rouillard.

Les fêtes paroissiales

La première grande fête est celle du 25e de la paroisse célébrée en même temps que le jubilé d’argent sacerdotal de M. le curé Michaud. Avec la messe pontificale, les festivités se sont déployés sur deux jours, les 12 et 13 juillet 1947.

Chaque ordination et chaque première messe des nouveaux prêtres étaient suivies d’un banquet et de célébrations de deux jours.

En août 1954, les paroissiens ont souligné le retour de vacances de M. le curé Michaud, en lui offrant une voiture de marque Pontiac.

Le 22 juin 1969, Mgr Hains, accompagné de six célébrants a présidé une double cérémonie. Il s’agissait du 100e anniversaire de Mme Hubert Morin (Marie Laflamme) et des noces d’or de son fils Joseph avec Augustine Nolet.

La messe du 50e anniversaire de Saint-Marc, le 2 juillet 1972, a été concélébrée par trois enfants de la paroisse : les abbés Boutin, Bilodeau et Rouillard. Signe des temps, la chorale, dirigée par Mme Thérèse Boutin, était composée d’un grand nombre de femmes et de quelques hommes, comme c’est encore le cas aujourd’hui.

À l’été 1994, lors du départ des deux Yolande, la paroisse  a organisé une fête de reconnaissance : messe, adresse, dîner et chants animés par le Club de l’Âge d’or.

Juillet 1997 marquait les grandes célébrations du 75e. Les participants étaient si nombreux que plusieurs ont assisté à la messe à l’extérieur de l’église.

* Photo prise le 10 juin 2007 lors de la Fête Dieu, événement organisé par les responsables des Paroisses du Diocèse d’Amos.
 

Ministère

Le premier baptême a été conféré, en janvier 1918, par le père Louis Archambault, missionnaire colonisateur dominicain. 

Le 1er novembre 1918, le père Archambault célèbrait la première messe dans la maison de M. Léon Boutin, lot 43, rang IV. Par la suite, il y disais la messe toutes les deux semaines et y célébrait la première Messe de Minuit. La maison de M. Boutin a servi aux offices jusqu’en 1921.

Le premier décès est survenu en 1919. Les funérailles ont eu lieu à Amos, car Saint-Marc n’avait pas encore de cimetière.

Le 7 juin 1921, la première confirmation a eu lieu dans la maison de M. Victor Cossette lot 48, rang III, car elle était située plus près du site de la future église. L’officiant était Mgr Latulipe, évêque de Haileybury, diocèse dont faisait partie la paroisse de Saint-Marc.

En septembre 1922, l’abbé Clovis Beauregard a pris charge de la cure de Saint-Marc et, en août 1926, M. l'abbé Jules Michaud l'a remplacé.

Le 19 septembre 1928, le mariage de Rose Larochelle et de Henri Bilodeau a été célébré dans le soubassement de la nouvelle église. La première messe célébrée dans la nouvelle église était la Messe de Minuit de 1928.

En juin 1939, Le diocèse d'Amos est devenu autonome sous la férule de Mgr Joseph-Aldée Desmarais.
Pour la première fois en 1967, chaque enfant confirmé devait être accompagné de son parrain ou de sa marraine de confirmation.

Par décision de l'évêché, en 1979, les curés des paroisses allaient recevoir un salaire annuel de 3000 $.
 

Extrait de
Circuit du patrimoine religieux et spirituel

Circuit du patrimoine religieux et spirituel image circuit

Présenté par : Ville d'Amos (Tourisme Amos-Harricana)

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.